Une campagne électorale sans éclat ni argent

69
Photographie de gauche à droite : Timothé H. Jackson / Challenges, Georges H. Rouzier / Challenges, Tatiana Mora Liautaud / Challenges

Contrairement à 2015, les candidats engagés dans la course électorale n’ont pas fait forte impression en termes de déploiement d’affiches géantes et autres supports coûteux. À l’exception de Jude Celestin et de Jovenel Moise qui ont pratiquement occupé tous les espaces disponibles et multiplié les sorties à travers le pays.

Un an après la présidentielle de 2015 marquée par de graves irrégularités et fraudes, qui ont d’ailleurs entraîné l’annulation de ce scrutin, le secteur privé haïtien est resté réticent, ceux de l’étranger prudents. La crise économique sans précédent, résultant de la persistance de l’impasse politique, a contraint le gouvernement provisoire à soustraire de son budget toute subvention aux partis. Certains d’entre eux, opposés à tout appui venant de sphères occultes, se sont contentés apparemment de fonds collectés auprès des membres, des amis d’ici et d’ailleurs. C’est le cas de Pitit Dessalines, sous la bannière de laquelle Moise Jean Charles brigue la plus haute fonction de l’État. Selon Mathias Pierre, qui fait office de chef de campagne, le budget de la Plateforme était limité à quatre millions de dollars américains. «On a privilégié la communication directe avec les populations des différentes zones du pays, les canaux de masse, radios, télévisions…On s’est gardé d’agresser les gens avec des dizaines de milliers de posters et des centaines de billboards », a expliqué le PDG de Gama. De son côté, Edmonde Supplice Beauzile s’est tout particulièrement tournée vers les médias pendant toute la campagne, même si, à une certaine mesure, elle s’est manifestée dans plusieurs départements géographiques du pays à travers quelques rassemblements. Outre les affiches, les t-shirts frappés à son effigie, arborant les couleurs de la Fusion des sociodémocrates distribués aux sympathisants, sont en partie des contributions. Avec un budget de moins de trois millions de dollars, elle n’allait pas pouvoir atteindre les résultats escomptés.