Une beauté fragile

294
Photographie par Tatiana Mora Liautaud

La précarité de notre environnement doit nous interpeller pour créer un cadre de vie agréable et réduire notre vulnérabilité. La situation géographique d’Haïti et la pauvreté chronique sont deux facteurs qui renforcent cette vulnérabilité.
Par Ralph Thomassaint Joseph

Plus de 10 000 familles sont victimes des inondations qui ont particulièrement frappé les départements du Nord, de la Grand’Anse et de l’Ouest. Des écoles ont été endommagées, des champs et du bétail ravagés à Limonade et au Cap Haïtien, lit-on dans un bulletin du bureau de coordination de l’aide humanitaire des Nations unies (OCHA) datant du 11 mars 2016. Il y a deux semaines, le nouveau ministre de la Planification et de la Coopération externe, Aviol Fleurant, de concert avec l’OCHA, a lancé un appel de fonds de 193,8 millions de dollars pour répondre aux besoins humanitaires de 1,3 million de personnes. Selon les prévisions, 500 000 personnes pourraient être affectées par les catastrophes naturelles. Alors que la saison cyclonique n’a pas commencé, çà et là, des alertes d’inondations retentissent. Récemment, quelques millimètres de pluies ont inondé la ville du Cap-Haïtien et la commune de Limonade. La ville de Léogâne a subi le même sort dans la nuit du 12 au 13 avril avec le débordement de la rivière La Rouyonne.