Swim for Haiti: quand Haïti accueille des nageurs du monde entier

95
Photographies par Keziah Jean/ Challenges
Photographies par Keziah Jean/ Challenges

Dix kilomètres à la nage, des îlets Arcadins à Wahoo Bay, une traversée réservée aux bons nageurs et organisée par SwimforHaiti depuis 5 ans, au profit des enfants de la Côte des Arcadins. C’est une occasion de faire découvrir le pays aux nageurs étrangers. À vos palmes pour 2019 !

Le saviez-vous ? Haïti est sur la carte du monde des grands nageurs ! Cette année, le dimanche 28 janvier 2018, ils étaient plus d’une centaine à se mettre à l’eau dès 7 heures du matin pour nager des kilomètres pour Haïti. L’évènement Swim for Haiti existe depuis 5 ans et grandit chaque année davantage. Au départ, il s’agissait de créer un événement international pour montrer au reste du monde le pays sous un autre jour, mais aussi dans un objectif charitable, pour lever des fonds d’une part pour apprendre à nager aux enfants de la zone et d’autre part, pour fournir de l’eau traitée aux écoles de la côte des Arcadins.

Des Arcadins à Carriès
« Nous sommes passés de 4 personnes la première année à 90 l’an dernier, et cette année nous avons dépassé les 100 participants ! » se réjouit Lucas Muller, un bénévole de l’événement organisé par Swim for Haiti. L’épreuve propose deux distances au choix : 1,5 km pour les amateurs, de Kaliko beach à Wahoo bay, ou 10 km pour les très bons nageurs, des Arcadins jusqu’à Wahoo bay. Chaque nageur contribue à une entreprise humanitaire : les frais d’inscription de 60 $ (nage courte) ou 110 $ (nage longue) permettent de couvrir le coût de la course, y compris les bateaux de sécurité, les maillots de bain, les t-shirts et les frais de bénévolat.

L’un des canoës qui accompagnaient les nageurs.
L’un des canoës qui accompagnaient les nageurs.
Fritz Ariel Moise, de l’école de natation Carl Duvivier.
Fritz Ariel Moise, de l’école de natation Carl Duvivier.

Tous les fonds excédentaires sont versés au programme de natation pour apprendre aux enfants haïtiens les bases de la natation ou au programme soutenu par Dlohaiti qui permet de fournir aux écoles locales de l’eau traitée. Les bonnes âmes peuvent faire un don même sans nager…

« Globe-nageurs » du monde entier
Pour cette cinquième édition, les nageurs venaient du monde entier, notamment des États-Unis, d’Angleterre et du Canada, où un voyagiste spécialisé (Swim Treck) propose aux passionnés des épreuves de natation dans plus de 40 destinations. Haïti est désormais au programme, ce qui le met sur la carte des « swims » proposés aux connaisseurs. Une occasion de faire découvrir le pays, tout en générant des bénéfices multiples en dehors de l’image. Apprendre aux enfants à nager est malheureusement un vaste objectif car bien qu’habitants d’une île, les nageurs y sont rares. Quant au programme d’eau traitée, c’est l’un des outils de base pour améliorer l’hygiène et la santé des enfants face aux maladies liées à l’ingestion d’eaux souillées ou contaminées par des parasites et bactéries.

Côté tourisme, l’association des hôteliers de la Côte des Arcadins se réjouit de l’événement. Cette année Swim for Haiti tombait le même week-end que la clôture du Festival de Jazz à Decameron et la Côte était en effervescence, avec ce plein d’activité.  « Il faudrait avoir des activités sportives et festives tous les mois, si ce n’est toutes les semaines », confiait Geneviève Lemke, propriétaire de Wahoo bay, le petit hôtel familial qui héberge une grande partie des nageurs. Elle constate par ailleurs que tous les étrangers qui viennent quelques jours pour la nage ou le jazz n’ont qu’un refrain, revenir découvrir le pays. Alors natation en pleine mer ou jazz sur le sable, tous les moyens sont bons pour faire venir les touristes…

Stéphanie Renauld Armand