Source Zabeth, un site naturel et mystique à protéger

848
LA SOURCE ZABETH La Source Zabeth a été frappée par l’ouragan Mathieu dont les vents violents ont arraché plusieurs arbres. Cossy Roosevelt/ Challenges

Entre mars et mai 2017 devaient se dérouler des travaux de sécurisation et de réhabilitation de la Source Zabeth, située dans la localité de Bonnette (commune de Ganthier). Trois mois plus tard, aucune amélioration effective…Ce jardin botanique projette l’image d’un site délaissé malgré ses atouts touristique et mystique indéniables.

Après 30 ans de dur labeur aux États-Unis, Jean Robert, aujourd’hui cinquantenaire, décide de retourner dans son pays natal. Pour se reconnecter aux réalités et croyances haïtiennes, il est impératif de se recueillir à la Source Zabeth. Accompagné de sa femme et de ses enfants, Bob se rend sur les lieux un samedi matin et se réjouit de voir une première pancarte indiquant que ce site est désormais un jardin botanique et une deuxième informant de l’exécution de travaux de réhabilitation sur trois mois (mars à mai 2017). L’heureux citoyen haïtien verse le droit d’entrée et se presse d’investir le parc. Quelques minutes après, le constat est plutôt désolant ! Bob est obligé de parler de la Source Zabeth au passé pour faire comprendre à ses trois protégés que c’était un site merveilleux et très attrayant, d’une biodiversité incomparable, trois décennies auparavant. L’eau de source qui coule sans arrêt entre les racines des arbres a perdu de sa pureté en raison de la dégradation accélérée de l’environnement et de la mauvaise gestion des détritus laissés par les flux de visiteurs qui arrivent quotidiennement.

« La plupart des visiteurs sont des Haïtiens qui arrivent de la dias- pora et des quatre coins du pays en quête de divertissement et de nourriture spirituelle et mystique.»

Cet état de fait s’explique par le manque de moyens financiers, selon des gardiens du parc. Autant que faire se peut, quelques poubelles sont installées avec des messages « ede nou kenbe Sous Zabèt pwòp/aidez-nous à garder la Source Zabethe propre ». Mais, çà et là sur le site et même dans les bassins constitués, des emballages en plastique s’accumulent. Les gens arrivent quand même à trouver de petits coins à l’ombre des arbres géants où l’eau ne contient aucune saleté. « La Source Zabeth continue de couler, l’espace est encore très boisé, mais il manque des infrastructures pour accueillir les visiteurs décemment », regrette Bob qui se plaint notamment de l’absence de guides formés et un plan pour préciser les endroits où l’on peut manger et se distraire dans le respect de l’environnement du parc en question.

SOURCE ZABETH reste et demeure un petit paradis vert

Quid des travaux de sécurisation ?        

Si les étrangers passent par la barrière principale et paient le droit d’entrée d’un montant de 50 gourdes, ceux qui habitent ou qui sont nés dans la zone connaissent toutes les brèches et investissent discrètement le site la plupart du temps. Certains profitent même du laisser-aller généralisé pour improviser des car wash et installer leurs bataclans servant à préparer des fritures, écouler des jus et des gazeuses dans des bouteilles en plastique.

Depuis la cérémonie de lancement du projet de réhabilitation le 6 mars dernier, des espèces végétales ont été identifiées, notamment les sabliers ayant pour nom scientifique Hura crepitans. Ledit jardin botanique qui a subi certains dommages lors du passage de l’ouragan Matthew sur Haïti est clairsemé en certains endroits.

Au 8 mai 2017, on a constaté que le travail de sécurisation de la source Zabeth n’avait toujours pas démarré.

À mesure que ce site se dégrade, le nombre de visiteurs étrangers diminue. Selon des riverains, la quasi totalité des visiteurs sont des Haïtiens qui arrivent de la diaspora et des quatre coins du pays en quête de divertissement et de nourriture spirituelle et mystique .
« Zabeth (l’esprit) est bien vivante et veille à la purification de l’eau. Cette eau n’est jamais contaminée, et toutes celles et tous ceux qui la boivent et se baignent sont revigorés », affirme Bob, qui s’est d’ailleurs senti purifié et réconforté, en laissant la source en fin de journée.

Cossy Roosevelt