Somiel, un saut-d’eau à préserver

147
Des tonnes de terre sont déversées dans le lit de la rivière. PHOTOGRAPHIES PAR COSSY ROOSEVELT/ CHALLENGES
Des tonnes de terre sont déversées dans le lit de la rivière. PHOTOGRAPHIES PAR COSSY ROOSEVELT/ CHALLENGES

Haïti regorge de sites naturels qui devraient bénéficier de la plus haute considération des ministères de l’Environnement et du Tourisme. ‘So Miel’, ce saut-d ‘eau en voie de disparition, est un cas à prendre en compte avant qu’il ne soit trop tard. Une équipe de Challenges s’est rendu sur les lieux.

Il y a une trentaine d’années de cela, Pernier, une localité de Frères (commune de Pétion-ville) était caractérisée par sa verdure. En effet, elle disposait d’une couverture forestière très dense ponctuée d’arbres géants de plus de dix mètres, tels des trompettes. Du haut des plateaux des montagnes, entre les racines et les roches calcaires, surgissent des sources d’eau qui coulent sans cesse sur plusieurs kilomètres en augmentant de volume pour finalement se déverser dans un gouffre.

Un spectacle impressionnant que jeunes et vieux des alentours, et même ceux qui arrivent de très loin, prenaient plaisir à voir. Le site ‘So Miel’ était en quelque sorte un petit refuge, après avoir marché une bonne vingtaine de minutes dans les bois. Avec les constructions anarchiques qui se multiplient à Pernier, parallèlement au déboisement massif, l’environnement n’est plus ce qu’il était trente ans auparavant. Conséquemment, le débit de ce saut-d‘eau a sérieusement diminué, comme le constate Wildor Saintus, un natif de la zone. « La chute d’eau était comparée à celle de saut-d‘eau dans le département du Centre. Je venais ici avec mes amis quand j’étais plus jeune, pour un coup de fraîcheur et raffermir mes muscles sous la chute (…) », raconte-t-il avec nostalgie.

Les constructions anarchiques tuent ‘So Miel’

Pour avoir une idée de la déperdition dont il parle, une équipe de Challenges a décidé d’explorer les lieux. Nous partons aux premières heures de la journée pour profiter de la douce température qu’offre ce milieu d’une potentialité hydraulique véritablement considérable. Première observation : l’eau qui arrive de la montagne est jaunâtre, ce qui nous préoccupe d’emblée et prouve que la dégradation de l’environnement a déjà atteint une proportion très inquiétante.La route qui mène au saut-d’eau et qui était autrefois le lit d’une rivière abondante et cristalline est obstruée çà et là par des tonnes de terre basculées non loin du chantier en cours. « Il ne se passe pas un seul jour sans qu’on aperçoive une nouvelle construction dans les périmètres du site, et dans certains cas, la maison est érigée dans le ravin, changeant ainsi la direction de l’eau », affirme Wildor qui nous rappelle tristement l’avalanche d’alluvion qui s’était abattue sur Pernier le 4 octobre 2005, faisant suite à quelques jours d’intempéries.

SO MIEL est encore protégé par quelques arbres
So Miel est encore protégé par quelques arbres


Il n’est jamais trop tard pour bien faire

Au fur et à mesure qu’on s’approche de ‘So Miel’, on se rend davantage compte du niveau de détérioration du site qui pourtant continue d’attirer des visiteurs, surtout pendant la période des grandes vacances. Des associations organisent assez souvent des journées récréatives, profitant de l’occasion pour sensibiliser les jeunes sur la richesse de ce saut-d’eau et la nécessité de le préserver. « Il y a urgence pour les autorités concernées d’intervenir pour stopper le déboisement qui se fait en amont de ‘So Miel’ avant qu’il ne soit trop tard », insistent les habitants rencontrés dans les parages. De plus, ils appellent les entités responsables à trouver rapidement les moyens de mettre en place une structure de gestion de ‘So Miel’, créer une voie d’accès et enfin améliorer l’environnement du site.
Pour l’heure, il semble que ‘So Miel’, malgré sa richesse naturelle et touristique incontestable, ne soit toujours pas inscrit dans les priorités des ministères de l’Environnement et du Tourisme.
Il semblerait que la mairie de Pétion-ville envisage de se pencher sur le dossier, mais considérant que celle-ci croule déjà sous des tonnes de problèmes assez compliqués, les habitants de Pernier n’en espèrent pas grand-chose. La tache revient à ceux qui vivent dans les environs de ce site oublié de s’organiser au mieux en vue d’attirer des visiteurs locaux et étrangers, en particulier des explorateurs.

Cossy Roosevelt