Sismologie: Plus de 450 ans de séismes

164

Photographie par Getty Images

Depuis le tremblement de terre de 1564 relaté par les Espagnols, les séismes se sont succédé en Haïti jusqu’au jour fatidique du 12 janvier 2010.

H aïti a toujours connu des tremblements de terre catastrophiques ou meurtriers au cours de son histoire. Les Espagnols en font état dès 1564, la colonie s’effondre ravagée par un séisme meurtrier. En 1684 les flibustiers et les boucaniers français vivent eux aussi l’horreur d’un autre séisme tout aussi foudroyant. En 1691 la terre tremble à nouveau.

Un XVIIIesiècle dévastateur

En 1701, une bonne partie de l’Ouest s’écroule sous un autre séisme. Mais c’est en 1713 que les dégâts sont les plus frappants suite à un tsunami qui accompagne un nouveau séisme destructeur. En 1734, Haïti se trouve à nouveau frappée par des séismes qui provoquent ensuite des glissements de terrains. De nombreux colons se réfugient dans la cuvette de Port-auPrince réputée plus calme et fondent la ville en 1749. La nature met à nu les fausses impressions et détruit tous les espoirs lors des tremblements de terre des 18 et 29 octobre 1751 suivis des séismes des 19 et 21 novembre de la même année. Le pays se place sous des tentes.
Après les tremblements de terre des 27 décembre 1767, 10 octobre 1768 et 14 octobre 1769, les villes se reconstituent avec peine mais un autre séisme les renverse, le 3 juin 1770, de Port-au-Prince aux Gonaïves.
Les années 1780 sont témoins de tremblements de terre redoutables qui frappent Haïti sans s’arrêter, à partir de 1783 puis en 1784, 1785, 1786, 1787, 1788 et 1789 engloutissant des résidences, des habitants de diverses villes, des animaux et des biens à chaque fois.
La terre se calme un peu mais reprend brusquement sa violence le 7 mai 1842, engloutissant plus de 5 000 personnes au Cap-Haïtien, détruisant Port-au-Prince et le Palais Sans Souci dont les ruines dans le Nord sont encore visibles. Le président JeanPierre Boyer ordonne au ministère des Finances d’exonérer les survivants de toutes taxes pendant deux ans. Le 10 août 1928 tout recommence. Les secousses telluriques font trembler le pays pendant vingt ans.
En 1952, la désolation se répand avec plus de force dans la région des Nippes: des villes entières sont ensevelies dont celle de l’Anse-à-Veau.
La faille Enriquillo Plantain Garden est découverte. Elle passe par la presqu’île de Tiburon se dirige droit vers le département des Nippes, tanguant ensuite vers les communes de la région des Palmes, puis vers Petit Goâve, Grand Goâve, Léogâne, Port-au-Prince, Carrefour, Delmas et Plaine du Cul-De-Sac avant de s’engouffrer vers le lac Enriquillo de la république voisine.
Le 1er septembre 2009 de fortes secousses sont ressenties dans toute la région métropolitaine de Port-auPrince, à Léogâne et Croix-des-Bouquets. Le 12 janvier 2010, à 16 h 53, le temps est beau, les nuages bleus dansent dans le ciel et la mort n’attendant pas la nuit se déverse sur la capitale : un tremblement de terre dévastateur détruit à nouveau la ville de Port-au-Prince, dont le Palais national, et une bonne partie de l’Ouest et du Sud-Est. Les morts se comptent par dizaines de milliers, provoquant la ruine et une douleur qui ne sera plus jamais oubliée…

Adyjeangardy