Semaine du Juin 17

176
Photographie par iStock/Getty Images

L’APN décide de réduire les droits de wharfage

Dans un avis daté du 10 juin 2016, l’Autorité portuaire nationale (APN), sous la signature de son directeur général, Alix Célestin, a annoncé qu’à partir « de la publication du présent avis, le Droit de port marchandises est fixé à US$ 155,00 par UEV (Unité égale à vingt pieds) dans toutes les installations portuaires de la République ; qu’il s’agisse de quais publics ou privés. »

L’APN précise que « le montant de la redevance sera perçu, pour compte de l’Etat haïtien, par l’agent maritime représentant l’importateur » et lui sera « versé directement ». Cet avis « annule et remplace de plein droit les dispositions de l’avis du 3 août 2015 en son point 3, traitant du Droit de port marchandises (wharfage). »

Le nouvel avis de l’APN reste cependant muet sur un point essentiel : combien va facturer le port de Port-au-Prince, en tant qu’entité commerciale, afin de permettre non seulement à l’Etat haïtien d’amortir ses 80 millions de dollars d’investissements pour la modernisation des quais mais aussi de rétribuer les services du port tout en dégageant un profit opérationnel ?


 

Graines-MoringaHaiti-sm
DR

Les vertus de l’arbre miracle commercialisées

Dans les plaines de Gressier se trouve l’usine D.L. Bio-products qui commercialise les marques Moringa Haiti et Zest of Haiti. L’arbre de Moringa connaît aujourd’hui un énorme regain de notoriété à travers le monde. David Louis, entrepreneur aguerri, y a vu une opportunité à saisir.

En Haïti, le Moringa est en passe de devenir un nouveau super-aliment à la mode, mais il est également perçu comme une réponse à certains problèmes de malnutrition et de déforestation. La valeur nutritive du Moringa, un arbre cultivé dans les régions tropicales sèches, est immense. Broyées en fine poudre verte, ses feuilles peuvent être utilisées comme un complément alimentaire indispensable pour lutter contre la malnutrition. Des efforts sont en cours non seulement pour augmenter la consommation du Moringa dans les zones frappées par la pauvreté mais aussi pour inciter les agriculteurs à planter l’arbre dans le but de réduire la déforestation à travers le pays. Dans le monde médical, les feuilles, l’écorce, les fleurs, fruits, graines et racines de Moringa, riches en vitamines, acides aminés, antioxydants et protéines, sont utilisés pour traiter différents types de maladies et problèmes de santé. Ses graines sont également utilisées dans certains produits capillaires et aliments biologiques.

Transformer le Moringa en un business
L’aventure de Moringa Haïti a été lancée en novembre 2011 par David Louis avec son goût de retrouver ses racines haïtiennes et de participer à la création d’un projet porteur, mais également lucratif. Ayant quitté le pays pour le Canada à l’âge de 10 ans, ce natif de Jérémie, avec le support de sa femme, a décidé de fonder D.L. Bio-products à Gressier en investissant dans l’achat de terrains, la culture de plantes de Moringa et leur transformation dans une usine à la fine pointe de la technologie. En septembre 2012, l’usine était 100 % opérationnelle. Ayant beaucoup entendu parler du Moringa, David Louis y voyait une belle opportunité pour faire découvrir ses multiples bienfaits : « La poudre de Moringa est un surplus alimentaire utiliser partout à travers le monde pour combattre les carences alimentaires ainsi que la malnutrition. Les produits à base de Moringa peuvent répondre à plusieurs besoins ayant trait à la santé, au bien-être et à la beauté. » Avec 31 employés, D.L. Bio-products commercialise une panoplie de produits à base de Moringa : savons, huile, poudre, feuilles, graines, masque capillaire, miel, etc. Dans l’usine de Gressier sont installées les machines permettant de traiter les feuilles pour les transformer sous forme de poudre. « Les feuilles de Moringa doivent être séchées avant d’être transformées. Elles sont séchées à l’intérieur et non au soleil car elles perdraient tous leurs nutriments », explique David Louis présentant ses installations. « Une fois les feuilles séchées, nous les mettons dans la machine où elles sont broyées en fine poudre. Il est extrêmement important de préciser qu’aucun produit chimique n’est ajouté au produit final. Nous le gardons 100 % biologique. Nos produits sont 100 % naturels, organiques et ils ne contiennent aucun pesticide ou autre additif », se réjouit-il.


Régulièrement, Challenges présente,
dans le cadre de la campagne de sensibilisation
Konsome Lokal, une entreprise qui fait du
« Made In Haiti » une priorité.

www.konsomelokal.com

Deux gammes de produits
Une gamme de produits est destinée au marché local : Moringa Haïti. Une autre existe pour le marché international sous l’étiquette Zest of Haiti. Les deux gammes proposent des produits de qualité similaire. Seuls les prix et les emballages diffèrent pour des questions de marché. Pour l’instant, les ventes internationales de l’entreprise se concentrent au Canada et aux État-Unis mais la vision d’expansion va beaucoup plus loin. L’Europe est dans la ligne de mire du jeune entrepreneur. Les produits Moringa Haïti sont distribués à travers le pays grâce à un réseau de vente efficace et au placement à travers différents points de vente répartis sur le territoire. À l’instar d’un bon nombre d’entrepreneurs du pays, David Louis est confronté à la difficulté de trouver du personnel d’expérience et de la matière première en quantité suffisante et avec une qualité constante. Il mise donc sur la formation en continu et multitâche pour permettre à son personnel de gagner en connaissance afin de grandir au sein de l’entreprise qui connaît une croissance exceptionnelle.

Carla Beauvais