Reynold Bonnefil

282


Famille, proches collaborateurs et amis rendaient un dernier hommage au PDG de l’Haytian Tractor and Equipment, le 3 juillet dernier. Reynold Bonnefil a longtemps contribué au développement de la Haytrac, devenue aujourd’hui l’une des plus grandes entreprises haïtiennes. Challenges retrace le parcours de cet entrepreneur remarquable.

Qui était Reynold Bonnefil ?
Il est l’un des rares Haïtiens à n’avoir jamais baissé pavillon devant les situations les plus difficiles. Contre vents et marées, Reynold Bonnefil a su faire grandir la Haytian Tractor, une entreprise familiale créée en 1950, qui aujourd’hui figure sur la liste des plus grandes compagnies d’Haïti. Né à Port-au-Prince le 31 juillet 1944, Reynold Bonnefil grandit éduqué par des parents ayant une vision moderne du développement. Après ses études classiques, il quitte le pays à destination des États-Unis d’Amérique pour une formation universitaire en Génie industriel entre 1962 et 1967.

Son diplôme en main, il entame ses premières expériences en tant que Personal manager à John Deere, dans l’Ohio. Il a également travaillé en Allemagne, en Uruguay, au Paraguay, au Venezuela et au Costa-Rica, ce qui lui a permis de parfaire ses connaissances dans le domaine industriel. Il retourne dans son pays en 1974, la tête pleine d’idées et de projets. Il devient directeur général à la Haytrac (pour Haytian Tractor). Depuis, la compagnie familiale connaît de considérables extensions avec les nouvelles unités ajoutées en fonction des besoins du marché de la construction et de l’automobile. La Haytrac représente Mobile, leader mondial du lubrifiant, qui devient aussi numéro un du marché local. Les camions Mack, connus pour leurs performances et leur endurance, sont mis à la disposition des intéressés, ainsi qu’une ligne Caterpillar présentant toute une gamme d’engins lourds, indispensables aux chantiers constructions. Depuis 1970, la Haytrac est établie sur la route de l’aéroport à Port-au-Prince et reste également présente dans plusieurs villes de province comme Cap-Haïtien, Jacmel et Jérémie.

Contribuer à protéger l’environnement
Une connaissance du milieu et des problèmes de l’érosion des montagnes pousse Reynold Bonnefil à investir dans la protection et de réhabilitation de l’environnement. Lors d’une interview accordée à Challenges, il indiquait que « l’une des meilleures façons d’y parvenir est d’offrir une alternative au charbon de bois ». En ce sens, il proposait le projet « Haytrac Power and Gaz SA » pour la production et la commercialisation de gaz liquéfié (propane) à des prix abordables. À l’occasion des 65 ans de la compagnie, est venue l’idée de faire planter 65 000 arbres en mettant en place un mécanisme de suivi. L’initiative a eu tout son succès grâce à l’implication effective de Reynold Bonnefil. Il a su motiver son fils Patrick à s’impliquer aussi dans le social. Ce dernier encadre plus de 300 enfants de 6 à 14 ans, à travers son club de football FC Toro. Il prenait le temps aussi de préparer son autre fils, Joël, à prendre la relève pour viser encore plus loin et plus haut avec la compagnie Haytrac.

Un homme de cœur
Son entourage le présente comme un homme au grand cœur, sensible à la situation des plus démunis. Il prenait souvent plaisir à aider des nécessiteux rencontrés sur son passage. Un jour, il a été frappé par le geste d’un handicapé qui a refusé son aumône disant que son attention l’avait réconforté et que c’était le plus important. « Ce geste m’a renversé totalement surtout lorsque le vieil homme a capacité réduite m’a suggéré de donner l’argent à un autre malheureux », racontait Reynold Bonnefil. Il pensait que chacun pouvait contribuer, à sa façon, au changement dans le pays. « Il n’y a aucune raison pour qu’Haïti ne se développe pas », faisait-il comprendre. Il ne se laissait jamais affecter par les crises sociopolitiques. Au contraire, il voyait l’avenir avec optimisme et prônait une prise de conscience au sein des forces vives de la nation pour pouvoir résoudre les problèmes politiques et instaurer une ère de stabilité durable dans le pays.

Cossy Roosevelt