Renan Hédouville

241


Par ses prises de position et ses nombreuses actions, cet homme, à qui le Chef de l’État a confié le poste de ‘‘Protecteur du Citoyen’’ est, sans contredit, un impénitent défenseur des droits de l’homme. Renan Hédouville n’en est pas à son coup d’essai, il traîne derrière lui une belle carrière dans l’administration publique.

Voilà quelqu’un qui a préféré prendre l’escalier, refusant ainsi allègrement le confort de l’ascenseur. En fait, la vie de ce natif de Port-au-Prince, est une succession de choix conscients qui ne manquent jamais d’élever l’homme à la dignité de son être. Renan Hédouville, fils unique du côté paternel et benjamin du côté maternel, s’est ardemment construit par l’effort assumé de celui qui s’était convaincu dès sa jeunesse que : « plus on sait, plus on est, plus on a’’. Du journaliste qu’il fut au milieu des années 1980, en passant par le poste de directeur du Travail qu’il avait occupé à trois reprises au sein du Ministère des Affaires Sociales (1997, 1999, 2014), pour aboutir aujourd’hui à sa désignation par le Président de la République comme Protecteur du Citoyen en octobre 2017, Renan Hédouville incarne l’exemple parfait d’un homme dont la détermination est assurément forte, voire incurable.

Ce sens de l’action-constructrice, il l’a acquis chez les Pères Salésiens où il a suivi ses études primaires. Son intégration à l’Institut Gérard Gourgues pour les études secondaires de la sixième à la Rhéto n’est pas sans influence sur son caractère. Mais, par une sorte de préfiguration, Renan n’allait devenir définitivement, Me Hédouville qu’en fréquentant le Collège Jean-Price Mars pour sa dernière année d’études secondaires, aux côtés du professeur Victor Benoît qui fut non seulement son Directeur mais également son mentor. Épris du verbe, des mots d’esprit et des calembours de l’homme de théâtre que fut Evans Paul dans les années 1980, fin admirateur du journaliste Anthony Pascal (Konpè Filo) pour ses reportages pimentés, Renan Hédouville s’est vite laissé porter par l’envie de marcher sur leurs pas. Malgré la ferme opposition de sa mère, hantée par la machine infernale de Duvalier, Renan a été tour à tour journaliste reporter à Radio Cacique en 1985, Radio Lumière en 1986 et au journal Haïti Progrès, 1987. « J’ai failli laisser ma peau dans ce métier que Gabriel Garcia Marquez qualifie de ‘’plus beau du monde’’ », se souvient-il encore. Hormis le journalisme, d’autres disciplines viennent garnir le Curriculum Vitae de Me Hédouville : la Psychologie et les Sciences Politiques. Avocat professionnel et spécialiste en Droits Humains, il a fait des études avancées en Droit de l’Homme à Strasbourg (France), à Genève (Suisse) et des études de master en Criminologie. Beaucoup plus par sens du partage, ou de la transmission que par nécessité, Renan Hédouville a enseigné au niveau secondaire de 1987 à 1995. Depuis plus de vingt ans, il occupe une chaire à l’Université d’État d’Haïti (UEH), l’Université Notre Dame d’Haïti (UNDH) ainsi qu’à l’Université de Port-au-Prince (UP). Droits Humains, Droit du Travail, Sécurité Sociale sont entre autres matières enseignées par celui qui a désormais la mission de ‘’protéger le Citoyen’’. En mars 1996, avec de jeunes Avocats et journalistes dont Me Roosevelt Pierre Louis, Me Eddy Pierre, Choiseul Henriquez, Baudelaire Dubic (PDG d’Horizon 2000), Renan Hédouville a mis sur pied le CARLI (Comité des Avocats pour les Respects des Libertés Individuelles), une structure qui s’est érigée depuis sa fondation en véritable lanceur d’alerte.

Le Protecteur
Comme les épaulettes du Colonel Paulin, le poste de Protecteur du Citoyen que Renan Hédouville occupe aujourd’hui, il l’a gagné sur le champ de bataille. Une politique de proximité des Droits de l’Homme, voilà pour l’essentiel de la mission que s’assigne cet homme aguerri, habitué à la lutte colossale pour le respect des Droits humains en Haïti. La détermination et la discipline sont les principales armes dont dispose celui qui se voit déjà vainqueur…

GeorGes E. Allen