Relancer une offre culturelle

81
DEPUIS 2010, le Rex attend toujours d’être reconstruit. Timothé Jackson / Challenges

Si l’Etat ne doit pas être seul responsable de l’offre culturelle, il n’en reste pas moins qu’il doit, à minima, l’impulser et la soutenir, notamment à travers des infrastructures. Comme trop souvent en Haïti, le secteur privé doit compenser ce désengagement de l’Etat.

De plus en plus, l’Etat haïtien a tendance à démissionner de sa responsabilité d’assurer une offre culturelle. Il faut remonter aux années 80 pour retrouver un Etat promoteur de la culture en tant que loisir et divertissement. On se souvient des concerts et kermesses destinés aux jeunes, au Rex Théâtre, par exemple, ainsi que des concours de talents qui leur permettaient de s’épanouir. Certes, l’Etat n’est pas le seul à proposer une offre culturelle mais il revient aux autorités établies de mettre en place le cadre qui favorise le développement de l’identité sociale, culturelle et même personnelle de l’être haïtien.