Quel est le coût d’un parlementaire haïtien ?

1126
Photographie par Timothy H. Jackson / Challenges

Le parlementaire haïtien accède à l’un des postes les plus enviés vu les avantages qu’il procure financièrement et socialement. En 2015, pas moins de 262 candidats se sont présentés au Sénat (pour un total de 20 postes) et 1 767 à la députation (pour 119 postes).

Pour l’année fiscale 2015-2016, le budget du Parlement atteint les 3,2 milliards de gourdes, selon un économiste promoteur de la vulgarisation de la loi de finances qui s’est confié à Challenges sous couvert d’anonymat. En votant cette loi, le Sénat de la République, notamment, s’était octroyé une enveloppe budgétaire d’1,3 milliard de gourdes. Montant aménagé à la baisse par l’Exécutif qui a accordé à cette chambre 1 079 424 638 gourdes, selon une source proche du Grand corps.

Le coût d’un sénateur, un quasi-mystère
De la questure du Sénat en passant par les membres du Bureau jusqu’en arrivant à un sénateur pris individuellement, personne n’a daigné dévoiler le coût d’un père conscrit. « Mes pairs ne m’autorisent pas à fournir des informations du genre », lâche ainsi le questeur du Grand corps, Carlos Lebon. La source qui nous a révélé quelques informations concernant le budget du Sénat nous confiait que pour leur entrée en fonction cette année, chaque sénateur a reçu une enveloppe d’un million de gourdes, alors qu’en 2011 les frais de première installation étaient de 200 000 gourdes. De son allocation budgétaire chiffrée à 1 079 424 638 gourdes pour l’année fiscale 2015-2016, le Sénat en avait dépensé 43 % au 13 avril 2016. Comme pour punir le sénateur du Sud Jean-Marie Salomon, qui dénonçait récemment l’opacité la plus totale dans laquelle fonctionne la questure du Sénat, une liste authentique des chèques reçus par le parlementaire de janvier à mars a été mise en circulation. Contacté par Challenges, le questeur Carlos Lebon a confirmé son authenticité. Pour les subventions de l’achat de véhicule, de premier établissement ou encore des fêtes de Pâques entre autres, Jean-Marie Salomon, sénateur issu des élections de 2015, a empoché la somme de 6 379 645 gourdes pour le premier trimestre de 2016. Les treize sénateurs fraîchement élus ont chacun obtenu le même montant.

G.A.


Le coût d’un député

  • Salaire mensuel brut d’un député : 97 200 gourdes
  • Subvention pour l’achat d’automobile : 20 000 $ US (voiture privée du parlementaire)
  • Frais pour un backup sécuritaire : 15 000 $ US
  • Frais de voyage à l’étranger : 600 $ US par jour
  • Frais de première installation (location de résidence) : 110 000 gourdes
  • Frais de deuxième résidence et de bureau : 400 000 gourdes l’an
  • Frais de fonctionnement du bureau dans sa commune : 150 000 gourdes
  • Frais divers du bureau : 75 000 gourdes
  • Frais pour des fêtes paysannes et champêtres : 70 000 gourdes
  • Frais pour deux consultants : 120 000 gourdes
  • Frais du 14e mois : 110 000 gourdes
  • Frais divers : 50 000 gourdes par mois
  • Frais de téléphone : 10 000 gourdes de cartes
  • Frais de carburant : 20 000 gourdes
  • Frais (sans être membre d’une commission) : 24 000 gourdes par mois
  • Frais (en étant membre d’une commission) : 35 000 gourdes par mois
  • Chauffeur : 25 000 gourdes
  • Agent de sécurité : 25 000 gourdes
  • Frais pour des périodes cycloniques : 100 000 gourdes
  • Projets financés par le ministère de la Planification : 10 millions de gourdes.