Psychose aux Bahamas autour des clandestins Haïtiens

218
iStock / Getty Images

L’arraisonnement samedi 19 mars dans les eaux territoriales des Bahamas d’un bateau à voile en bois transportant 46 migrants haïtiens a relancé le débat dans le pays sur les conséquences socio-économiques et culturelles de la migration clandestine haïtienne aux Bahamas. Le gouvernement du Premier ministre bahaméen Perry Christie annonce l’adoption prochaine de mesures anti-migratoires plus drastiques.

Les 46 migrants haïtiens clandestins (36 hommes, 7 femmes et 3 enfants) étaient encore à bord de leur voilier lorsqu’ils furent appréhendés samedi 19 mars à proximité des côtes de Farmers Cay (Exuma), par les marins du P44, un navire des forces royales de défense des Bahamas stationnées sur l’île. L’officier de marine Ross Seymour, qui commandait le navire des garde-côtes, a déclaré que le P44 était en patrouille de routine dans la zone au moment de l’incident et qu’il avait confié les migrants aux fonctionnaires bahaméens de l’immigration de Coral Harbour pour un traitement ultérieur. Un porte-parole du gouvernement du Premier ministre Perry Christie a confirmé, lors d’un entretien avec des journalistes locaux, la décision du gouvernement de renforcer « les mesures susceptibles de mettre un terme à l’immigration clandestine en provenance d’Haïti ».