Pour une révolution numérique dans notre économie

121
Gaelle Jouissance
Gaelle Jouissance

Grégory Morissette est détenteur d’un Master 2 spécialisé en Entrepreneuriat et Stratégie de l’Université Montpellier 1 en France. Il est également formateur certifié Business Edge (IFC) en marketing. Il est actuellement Responsable Commercial au sein d’une société financière spécialisée dans le leasing.

L’économie numérique change les business models traditionnels et repose sur des biens et services qui utilisent les données et la technologie comme matières premières. On parle de la quatrième « révolution industrielle » où les frontières physiques s’effacent. L’information est en temps réel et les perspectives illimitées grâce au e-commerce, aux smartphones, à l’intelligence artificielle, au stockage de données. Des pays en développement et des entreprises innovantes (Uber, Facebook, Amazon, Airbnb) tirent profit de ces nouvelles opportunités. Quid d’Haïti ? Nous avons un taux de pénétration d’accès à internet de seulement 15 %, selon un rapport de la Commission Économique des Nations Unies pour l’Amérique Latine et les Caraïbes (CEPALC) publié en 2016. Ce taux est l’un des plus faibles de la région Caraïbes.

«C’EST UNE RÉVOLUTION INDUSTRIELLE OÙ LES FRONTIÈRES PHYSIQUES S’EFFACENT, L’INFORMATION EST EN TEMPS RÉEL ET LES PERSPECTIVES SONT ILLIMITÉES.»

La prise de conscience des pouvoirs publics
Il est urgent pour nos dirigeants de prendre conscience que dédier une part du budget national à l’investissement des infrastructures technologiques, l’innovation et le capital humain dédié, est un vecteur de croissance économique. Il est nécessaire pour Haïti d’avoir une stratégie nationale de développement des TIC (Technologie de l’Information et de la communication) qui passe par l’intégration du secteur privé. Le président Paul Kagamé au Rwanda a montré l’exemple. Il a fait passer le taux de pénétration d’accès à internet entre 2003 et 2018 à environ 40 %. Il a mis en concurrence les fournisseurs d’accès à internet, ce qui a fait chuter radicalement les prix. Pour financer ce plan du numérique, il nous faudrait également innover, par exemple : consacrer au moins 5 % du budget national pour financer l’économie numérique ; créer des joint-ventures pour financer les dépenses d’innovation technologiques des entreprises ; ajouter des taxes additionnelles ; offrir des avantages fiscaux aux entreprises qui investissent au minimum 50 000 $ dans des start-up innovantes. Le 9ème Objectif de Développement Durable (ODD), incite les décideurs politiques à investir davantage dans l’innovation technologique afin de combler le fossé du numérique et encourager l’entrepreneuriat innovant.

Les entreprises doivent être proactives
Avoir un site web « vitrine » ou être présentes sur les réseaux sociaux ne permet pas aux entreprises d’être plus compétitives ou de gagner de nouvelles parts de marché. La relation que le client entretient aujourd’hui avec votre brand, vos prestations de service ou vos produits devient digitale et instantanée. Environ 6,5 millions d’Haïtiens ont des connexions mobiles dont 33 % des smartphones selon le GSM Association (GSMA) dans son dernier rapport 2017 intitulé « Global Mobile Trends ». Le client numérique acceptera de payer des frais supplémentaires à sa banque, sa compagnie d’assurance, ses fournisseurs de services et de produits si ces derniers lui proposent une application mobile ou un site web « responsive », capable de lui faire gagner du temps et de l’argent. Il est nécessaire pour les entreprises de développer de nouvelles solutions de gestion internes pour gagner en compétitivité et productivité. L’usage des outils tels qu’un « Customer Relationship Management » : (CRM) ou d’une « Enterprise Resource Planning » (ERP) permet de mieux segmenter son portefeuille afin de faire de la stratégie commerciale pour le premier ; et de centraliser la base de données de l’entreprise en modules : gestion ventes, production, comptabilité ; pour le second. De l’innovation technologique tient la survie des entreprises. Les business models innovants peuvent chambouler un marché. Une jeune start-up « 1001pharmacies » a fait changer la législation en France sur la vente de médicaments en ligne. La start-up « Yego Moto » a fait réguler le prix des transports moto au Rwanda grâce à un taximètre GPS.