Pour un tourisme haïtien moderne planifié

49
Installation de ouveaux ponts dans la Grand’Anse pour faciliter le transport. Georges H. Rouzier / Challenges
Installation de ouveaux ponts dans la Grand’Anse pour faciliter le transport. Georges H. Rouzier / Challenges

De concert avec l’Association Touristique d’Haïti (ATH), une association nationale à but non lucratif, fondée en 1951 par des opérateurs touristiques et reconnue d’utilité publique en 1956, le ministère du Tourisme compte relancer le tourisme en Haïti, pilier majeur de la croissance économique, d’après le plan stratégique de développement d’Haïti.

«Grâce aux grands chantiers touristiques qui sont déjà en cours tant dans le Nord que dans le Sud, avec l’appui et la confiance des partenaires de développement, notamment la Banque Mondiale et la Banque Interaméricaine de Développement, d’ici 2020, Haïti sera doté de meilleures infrastructures, équipements et attractions de taille suffisante pour le repositionner sur la carte du tourisme mondial », selon la ministre du tourisme. Marie-Christine Stephenson promet d’implanter à l’horizon de 2020 non seulement des hôtels de masse, mais aussi des structures d’accueil à taille humaine, et de développer des solutions énergétiques vertes innovantes. Elle souligne que ces engagements ont été pris dans le but de concrétiser la promesse de l’administration Moïse/Céant.

L’innovation technologique, un outil indispensable
Avec les préparatifs effectués au niveau informatique, Haïti vient de franchir une nouvelle étape dans la sphère touristique, rassure Madame Stephenson. « Le Tourisme d’Haïti sera placé dans les prochaines années sous le signe de l’Innovation, de la créativité et de la résilience », ajoute-t-elle. En effet, très bientôt, la Citadelle la Ferrière, patrimoine mondial de l’humanité, sera disponible virtuellement et donc accessible pour tous. Grâce aux outils numériques, selon ce qu’explique la ministre, notre culture, comme nos plages de sable blanc fin, feront partie du patrimoine commun et seront protégés et rehaussés à leur juste valeur à partir de nouvelles applications. Les produits et circuits touristiques du Sud, communément appelés produits de la « côte Caraïbes », seront un livre ouvert pour les voyageurs et les rêveurs, à travers l’application numérique pour smartphone. Marie-Christine Stephenson dit travailler aussi sur des systèmes de gestion des déchets et d’assainissement efficients et respectueux des principes du développement durable à l’aide des nouvelles technologies, notamment par l’usage des applications numériques au lieu du format classique du support papier. « Les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication nous permettront de connecter notre île singulière au monde en lui donnant accès à nos milles et une merveilles jusque-là souvent inaccessibles ».

Un espace aménagé pour les touristes à Le Montcel. Cossy Roosevelt / Challenges
Un espace aménagé pour les touristes à Le Montcel. Cossy Roosevelt / Challenges


De nouvelles initiatives, un bon signal

Le nombre de touristes dans le monde en 2018 avoisine le 1,8 milliard, selon l’Organisation Mondiale du Tourisme. Marie-Christine Stephenson promet d’intensifier ses efforts pour attirer un plus grand nombre de ce flux qui voyage dans les airs, sur les mers comme sur terre, tout en préservant l’écosystème et l’identité culturelle d’Haïti. Plusieurs personnalités influentes de la corporation, ainsi que des spécialistes, des investisseurs et des chercheurs se rencontrent dans le cadre de plusieurs initiatives prévues pour renforcer le secteur touristique impliquant, entre autres organisations, Haïti Tourisme INC. Christine Coupet, l’une des responsables, dit croire que des initiatives qui contribueront au développement du tourisme écosystémique et donneront lieu à des innovations adaptées au XXIe siècle, peuvent faire d’Haïti une véritable plateforme où les différents dirigeants de l’industrie du tourisme régional seront connectés.

Marc Evens Lebrun