Plezi Kanaval, le réseau du carnaval haïtien sur internet

153
Carel Pèdre, le fondateur de plezi kanaval. Chokarella
Carel Pèdre, le fondateur de plezi kanaval. Chokarella

Sur la toile, un site internet nous permet de vivre le carnaval haïtien on line depuis 2012. Six ans plus tard, ce site créé par Carel Pèdre est devenu une plateforme numérique incontournable par laquelle les internautes du monde entier découvrent la culture haïtienne dans toutes ses dimensions.

«Exporter le carnaval Haïtien de par le monde grâce à la technologie, telle est la mission du site www.plezikanaval.com », explique Carel Pedre, le maître à penser du site. L’animateur de Chokarella et du concours digicel stars juge nécessaire que la technologie soit mise au service de la culture haïtienne qu’il croit d’ailleurs être une source de création de richesses. Pour renforcer cette vision, il met son savoir-faire et son réseau au service des artistes haïtiens, et ce, quelle que soit leur tendance (rap, konpa, raga, reage, rasin, rabòday etc.).

 Pour Carel, c’est une manière de projeter une autre image d’Haïti à l’extérieur mais aussi d’affranchir la culture haïtienne des barrières linguistique et culturelle. « En 2017, pas moins de 890 000 internautes ont visité le site, un score exceptionnel. Aujourd’hui, explique-t-il, même des étrangers qui ne sont pas créolophones consultent les meringues sur le site de plezikanaval et les téléchargent ».


Un projet ambitieux
« Laisser notre carnaval uniquement au profit des Haïtiens qui habitent les 27 750 km2 serait une initiative trop limitée » affirme Carel Pedre. Aussi a-t-il créé une application mobile expressément pour le compte de plezikanaval. « Depuis son lancement, plus de 130 000 personnes  ont téléchargé l’application plezikanaval. » Une opportunité qu’il juge tout à fait expansionniste . Son ambition avec cette plateforme numérique consiste à promouvoir la culture haïtienne via la technologie numérique qui offre à tous la possibilité de découvrir les différentes meringues des groupes, des Djazz et chanteurs haïtiens, mais aussi et surtout à commercialiser les meringues carnavalesques avec les internautes qui les téléchargent. « Cela nécessite d’abord toute une mise en place et des régularités pour permettre aux artistes de jouir du fruit de leur récolte, et ensuite mettre en marche la machine du droit d’auteur et celle de la propriété intellectuelle de façon à ce que les internautes qui téléchargent les meringues soient facturés, et à partir des fonds recueillis un pourcentage sous forme de revenu sera rendu aux artistes et auteurs des carnavals, et l’autre partie au staff de plezikanaval », explique Carel Pédre. Ce qui, toujours selon lui, permettra aux artistes d’être rémunérés par leur propre création et l’équipe de plezikanaval d’être financièrement plus autonome. « Mais, puisque les droits d’auteur sont presque une utopie en Haïti, le projet de commercialiser les meringues est très loin d’être une réalité » reconnait-il.

Plezi Kanaval awards
L’animateur de radio voit dans son initiative une forme de mécénat pour la culture haïtienne. Le port-de-paisien déclare qu’« il était impératif de récompenser les artistes haïtiens ». Pour les remercier de leurs majestueux efforts et performances durant cette période (les trois jours gras), il inventait en 2014, le plezikanaval awards. Un prix, tout comme le Black Entertainment Television awards (BET awards) aux États-Unis, qui sert à  récompenser et encourager les meilleures meringues de chaque catégorie. « Plezi Kanaval awards est le premier à récompenser les efforts consentis par les artistes haïtiens pour le carnaval, tout comme cela se fait à l’étranger », se réjouit Carel Pedre. Cette activité qui se déroula le 26 février 2015, à l’hôtel Caribe, eut une forte résonance médiatique avec la présence de la majorité des artistes .

Une archive audiovisuelle
De 2012 à 2018, presque toutes les meringues qui ont vu le jour sont stockées sur le site. En plus des versions audios, des vidéos et photos sont disponibles. Carel Pedre dit avoir en perspective d’ajouter le maximum d’anciens carnavals possible, quoique leur qualité sonore reste une vraie difficulté à surmonter. L’homme qui s’est fait connaître pour le « Shorty awards » qu’il a reçu aux États-Unis pour ces tweets qui ont été les premiers à informer le monde sur le tremblement de terre du 12 janvier 2010, dit espérer que plezi kanaval deviendra une référence historique et un répertoire très riche en matière de carnaval en Haïti.

Marc-Evens Lebrun