Philippe Bayard

2271
Photographie par Roxane Ledan

Si l’on devait illustrer le mot entrepreneur dans le dictionnaire, on pourrait choisir Philippe Bayard. Formé à l’aéronautique au Chili, certifié pilote commercial au Canada, cet entrepreneur haïtien conjugue « The sky is the limit » en français et au présent !

De pilote à fondateur de la Société Audubon Haïti, il n’y a finalement qu’un vol… et beaucoup de curiosité et d’opiniâtreté. Philippe Bayard, né aux Gonaïves, garde de son enfance les moments passés dans la forêt de Passerène à observer la nature en se disant qu’il fallait s’y créer une place et non le contraire. Dans sa vie professionnelle, il semble poursuivre la même philosophie. Pilote en Haïti, il rencontre les opportunités qui lui font prendre des initiatives d’affaires totalement en dehors de son secteur. En 1982, il s’occupe du montage qui transformera Télé Haïti, alors en faillite, en première TV reçue par satellite de la région. En 1983, enthousiasmé par la production de yaourts « maison » de l’un de ses collaborateurs, il crée avec lui Madou, une compagnie de produits laitiers. « Haïti n’était pas prêt pour l’industrie et une filière nécessitant le respect de la chaîne du froid, mais nous avons tenu cinq ans », confie-t-il. De pilote en projet pilote, les expériences lui font monter de nouvelles entreprises. Par exemple, les activités de change auxquelles l’obligent les achats d’intrants pour les yaourts, l’amènent à créer avec son frère, l’agence de change Bayard.

De Sunrise Airways…
Alors que la situation du pays lui impose de choisir entre développer les infrastructures sécuritaires du change ou de recentrer son activité, l’agence Bayard abandonne les opérations de cash et développe des représentations de firmes étrangères ayant une expertise dans l’impression sécuritaire (passeports, billets de banque, cartes d’identités). Une activité qui s’est maintenue et développée à ce jour pour Haïti, la République dominicaine et la Jamaïque. Trois pays qui, comme par hasard, se retrouvent aussi dans les activités aéronautiques de Philippe Bayard. Alors que, depuis 2001, l’ancien pilote fournissait des équipements puis des avions aux opérateurs haïtiens et dominicains, les difficultés que rencontraient ces opérateurs à respecter les normes, le poussent à créer Sunrise Aviation pour prendre en charge la maintenance. Compagnie qui devient Sunrise Airways en 2009 et opère en propre ses appareils qui transportent désormais des centaines de passagers vers le Cap-Haïtien, Santo-Domingo, Providenciales, Cuba…

… à la Société Audubon Haïti
Il est particulièrement interpellé par la migration des oiseaux, ce mouvement récurrent, naturel et réglé comme un calendrier, qui amène chaque année les oiseaux d’Amérique du Nord vers notre île durant les mois d’hiver. Sa curiosité, ses rencontres et cette forte conscience des obligations de l’homme envers la nature seront les bases de la SAH, fondation dédiée à la conservation de la biodiversité et des écosystèmes, dont il choisit le nom, pas seulement pour faire écho à la Audubon Society américaine, mais surtout pour rendre hommage au plus célèbre ornithologiste du monde, Jean-Jacques Audubon, né aux Cayes de mère haïtienne.

A sa manière, avec tact et subtilité, cet homme est un agitateur. Face à l’indifférence pour la mémoire et les valeurs, Philippe Bayard publie une anthologie de la littérature haïtienne de Pradel Pompilus et incite la Banque de la République d’Haïti à intégrer le patrimoine culturel et naturel d’Haïti sur les billets de banque. Face à la dégradation de l’environnement, Philippe Bayard pense éducation et pédagogie et publie le livre Les oiseaux d’Haïti, puis crée la Société Audubon Haïti pour lancer ses cris d’alarme et tenter de sauver la biodiversité.

Stéphanie Renauld Armand