Pascale Monnin, l’art en trois dimensions

367
Pascale Monnin - Rice installation. Carifesta 2015 Photo par : Tatiana Mora Liautaud

Artiste plasticienne inclassable, Pascale Monnin est une enfant de la balle. Depuis quelques années, elle délaisse les pinceaux et le cadre pour s’essayer avec succès à des œuvres en trois dimensions. Portrait d’une artiste surprenante qui s’expose début décembre à Art Basel à Miami.

Pascale Monnin est née à Port-au-Prince en 1974 mais elle a été élevée en Suisse et y a fait ses études. Cette double culture nourrit un imaginaire complexe et fantasque qu’elle décline dans de nombreuses techniques : elle peint, sculpte, grave le cuivre, crée des mobiles, réalise des installations et son art l’a emmenée aux quatre coins du monde. Aux côtés du poète James Noël, elle fonde l’association culturelle Passagers des Vents en 2010 et, en 2012, ils lancent la revue artistique et littéraire IntranQu’îllités.

La Dette Photo par : Frédéric Dupoux
La Dette Photo par : Frédéric Dupoux

Pascale Monnin a depuis toujours évolué au milieu des tableaux, sculptures et artistes. La Galerie Monnin à Port-au-Prince, fondée en 1956, est une affaire de famille. Elle l’a longtemps tenue et elle est aujourd’hui la directrice artistique du Centre d’art à Port-au-Prince. Elle a exposé entre autres au Grand Palais, à la Villa Médicis, chez Agnès B, au Musée de l’OEA, au Fowler Museum, à la Halle Saint-Pierre… Elle a représenté Haïti à la Biennale de Venise et le Lowe Museum de l’Université de Miami expose l’un de ses mobiles dans sa collection permanente.

Ses créations récentes sont en trois dimensions, des mobiles qui suspendent leurs effets surprenants dans les arbres du Parc de Martissant, au grand Palais à Paris lors de l’exposition Haïti de novembre 2014 à mars 2015 et, bientôt, à Art Basel Miami du 2 au 6 décembre.
Stéphanie Renauld Armand

PMO 14-02

PMO 14-03