Môle Saint-Nicolas, la terra incognita

217
RENE DUROCHER
RENE DUROCHER

Telle l’oasis en plein désert, le Môle Saint-Nicolas se mérite… Qu’on choisisse le bateau ou la route, c’est une expédition dont l’empreinte historique est unique et qui 500 ans après Colomb vous invite à la découverte… touristique !

Chargé d’histoire, le Môle Saint-Nicolas c’est d’abord l’endroit même où Christophe Colomb débarqua le 6 décembre 1492… Et oui, c’est bien là que les Européens foulent pour la première fois le sol d’Haïti et s’abritent dans cette baie très fermée et sûre. Pourtant, elle ne restera longtemps qu’un port, les colons estimant sa terre trop aride et surtout, cette baie menaçante abritant toutes sortes de corsaires pirates et autres brigands. Selon Moreau de Saint Méry, ce n’est qu’en 1764 que la France décide d’y envoyer 400 Acadiens pour peupler le bourg, y construire un fort, un hôpital, un magasin et des logements.

Un chemin reliera enfin le Môle à Jean Rabel. D’autres Acadiens, chassés des terres américaines, ainsi que des Allemands qui se destinaient à Cayenne vinrent grossir leurs rangs et le bourg était né. Mais l’aridité du sol et l’hostilité de la température ne seyaient pas à tous ces blancs, décimés par les épidémies et la sécheresse. Il fallut attendre que des esclaves du roi soient mis à contribution pour construire fortifications et maisons. Un arrêt du Conseil d’État de 1767 fait du Môle un entrepôt et lui donne une vocation commerciale. Dix ans plus tard, on décide d’en faire un établissement maritime. Au final, tous s’accorderont sur la position stratégique du Môle qui le fit comparer à Gibraltar en Méditerranée, mais rien ne parvint à en faire une ville aussi dynamique que les autres ports de l’île alors nommée Saint-Domingue.

LE MÔLE SAINT- NICOLAS est réputé pour ses magnifiques plages de sable fin

Pléthore de visites historiques

La Batterie de Vallières, le Fort Georges, Saint-Charles, la Poudrière, Fort Allemand, les Remparts, la ruine Poudrière sont autant de vestiges qui racontent l’histoire singulière de ce Môle et en font une attraction digne d’être touristique. On compte plus de 7 Forts et une vingtaine de sites historiques à visiter. Pourtant, en ce qui concerne le tourisme, rien n’est gagné. Situé sur la pointe ouest de la partie septentrionale d’Haïti, le Môle est au bout du monde.

Au départ de Port-au-Prince, il vous faudra entre 7 et 8 heures pour l’atteindre avec un véhicule de préférence tout-terrain. Si vous avez le pied et un ami marin, il faut compter de 3 à 4 heures de navigation depuis la Côte des Arcadins (hors-bord) – le voyage en voilier charbonnier n’est pas recommandé… ni testé à ce jour par nos touristes.

Une fois sur place, cette majestueuse baie bordée de plages de sable blanc fait son effet. Autour, le paysage est désertique, boisé d’épineux, à l’exception de la coulée verte qui accompagne la rivière. Tout autour du bourg, les vestiges nombreux et inventoriés par l’ISPAN, les restes du Vieux-Quartier ou la Poudrière forment d’excellents buts de promenade en début ou fin de journée.

Hébergement écoresponsable et école de kitesurf

« Ici, pas de tourisme de masse », annonce sur son site l’hôtel Boukan Guinguette, un projet monté par un groupe d’Haïtiens et de Français, pour la plupart ayant travaillé dans des ONG en Haïti. Ils ont décidé de s’investir dans le développement local de la zone du Môle Saint-Nicolas en menant une activité touristique qui valorise les produits locaux et en respecte les ressources naturelles (gestion des déchets, utilisation d’énergies propres, gestion de la faune et de la flore). Résultat, un hôtel charmant et confortable, constitué de bungalows simples mais parfaitement équipés et de tentes aménagées (on y campe, mais ce n’est pas un camping). Eau, électricité et wifi sont disponibles 24h sur 24, et les alizés s’occupent de la climatisation. Excursions, petites randonnées, kayak, kitesurf, plongée, mais aussi massages et myothérapie sont au programme. Bref, vous vous aventurez en terrain inconnu, et préparez-vous à y faire des découvertes. Faune, flore et fonds marins préservés vous réservent des surprises : on y trouve même des iguanes au Môle. Vous pourrez aussi vous initier au Kitesurf dans la première école d’Haïti, créée en mai dernier, avec le soutien de Core Kites Canada, partenaire exclusif qui forme les jeunes du village.

Une destination originale et qui ne déçoit pas ses visiteurs, tant elle a à offrir, à commencer par l’accueil du Boukan guinguette, les activités qui peuvent remplir largement un long week-end et les lieux à découvrir, sur les traces de l’histoire ou les flots cléments. Vous l’aurez compris, sportifs, curieux, amateurs de détente et de nouveautés, le Môle Saint-Nicolas est un excellent choix pour qui rêve d’aventure, sans pour autant négliger le confort.

Stéphanie Renauld Armand