Santé : Mieux prendre en charge les tout-petits

81
LE TAUX DE MORTALITÉ chez les nourrissons a baissé de 52 % entre 1990 et 2012 en Haïti. Georges H. Rouzier / Challenges

Tout petit, tout fragile. Le nouveau-né exige un encadrement médical adéquat pour prévenir entre autres les infections respiratoires aiguës et les maladies diarrhéiques, principales causes de décès chez les nourrissons en Haïti. Les parents ont évidemment aussi un rôle fondamental à jouer.

Les efforts consentis par le ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP), avec l’appui de ses partenaires internationaux, ont permis de faire chuter considérablement le taux de mortalité chez les nourrissons (0-12 mois) ces dernières années. En effet, selon les statistiques officielles, ce taux est passé de 122 à 59 pour 1 000 naissances vivantes, entre 1990 et 2012, soit une baisse de 52 %. L’objectif de le réduire en 2015 à 34 pour 1 000 naissances vivantes n’a pas été atteint puisque la statistique évolue autour de 57 pour 1 000. Les progrès sont beaucoup plus lents dans la catégorie des moins de cinq ans. Selon les chiffres publiés par la Banque mondiale, le taux est de 69 pour 1000 naissances vivantes en 2015 alors qu’il était estimé à 71 en 2014.