Mieux faire connaître les opportunités aux entreprises françaises

35
José Gomez, le nouvel ambassadeur français en Haïti. Ambassade De France
José Gomez, le nouvel ambassadeur français en Haïti. Ambassade De France

Le 12 octobre dernier, à l’invitation de la Chambre Franco-Haïtienne de Commerce et d’Industrie, José Gomez, nouvel ambassadeur de France a rencontré le secteur des affaires pour un échange sur les partenariats entre la France et Haïti.

C’est à l’invitation de la Chambre Franco-Haïtienne de Commerce et d’Industrie que le nouvel ambassadeur de France, M. José Gomez a rencontré le secteur des affaires. Plusieurs personnalités étaient présentes, notamment Gary Bodeau, président du Parlement et l’ancien président Jocelerme Privert.

Un milliard d’investissements français
Grégory Brandt, Président de la chambre de Commerce et d’industrie, a souligné l’importance des relations commerciales avec la France et les investissements français, notamment dans les secteurs de l’eau et de l’assainissement, des ports, des transports et infrastructures, en citant Bolloré, Razelbeck, Look Voyage Alstom et Vinci… Au total, il compte un milliard de dollars d’investissement en Haïti. À ce discours introductif succédait celui du nouvel ambassadeur de France. Un homme qui connaît bien la région, puisqu’il était en poste depuis 2015 à Santo Domingo.

Familier de la région
Ancien professeur de philosophie en France puis à Singapour et au Liban (1981/91), M. Gomez a ensuite rejoint le Ministère des Affaires étrangères où il a entamé une carrière consacrée à l’Amérique latine et aux Caraïbes. Il a servi à La Havane comme Premier secrétaire (1993/96), à Bogota comme Conseiller culturel et de coopération (2000/04), et à Caracas comme Premier conseiller (2004/07). De retour à Paris, il a assumé au Quai d’Orsay les responsabilités de Sous-directeur pour le Mexique, l’Amérique centrale et les Caraïbes (2007/10), puis d’Inspecteur des Affaires étrangères (2010/13) et de Directeur adjoint des Amériques et des Caraïbes (2013/15). Ce grand connaisseur de la région a passé les trois dernières années au plus près d’Haïti, en poste à Santo Domingo.

Les entrepreneurs détiennent la moitié de la solution
« La coopération française apporte son soutien prioritairement dans les secteurs de l’éducation, à la gouvernance, à l’État de droit, la Santé et l’environnement. Mais il faut être réaliste, cette aide ne sera vraiment utile dans la durée que si elle vient en appui aux efforts de la société haïtienne elle-même ». Pour lui, ce sont les Haïtiens qui sortiront eux-mêmes des difficultés, alors que l’aide internationale pourra au mieux pallier les déficiences ou venir au secours de secteurs défaillants. Pour qu’une Haïti émerge, l’ambassadeur Gomez interpelle les entrepreneurs : « Vous détenez la moitié de la solution à ce problème. Ce pays a besoin d’entrepreneurs actifs, ambitieux, qui au-delà des activités commerciales développent les capacités de production ». Il a exprimé sa « volonté de travailler avec eux, aux côtés de la Chambre Franco-Haïtienne de Commerce pour que s’implantent davantage d’entreprises françaises et qu’elles contribuent activement au développement économique du pays ». Pour cela, José Gomez évoque la PROPARCO (AFD), l’outil d’appui au secteur privé, des instruments spécifiques pour la micro finance, ainsi qu’un appui à plusieurs projets économiques importants.

Sécurité juridique et environnement stable
« L’autre moitié de la solution est évidemment entre les mains des milieux politiques et dirigeants », affirmait-il en énumérant les réformes nécessaires au pays : renforcer l’appareil juridique et l’État de droit, lutter pour plus de transparence, donner aux entreprises haïtiennes et étrangères un cadre juridique transparent, dans lequel elles pourront développer leurs activités. « L’instabilité économique, les émeutes, les routes coupées ruinent bien des efforts. Il faut des mesures de sécurité, au-delà du maintien de l’ordre, des politiques de progrès social, de recul de la pauvreté et des inégalités. » Pour conclure, M. Gomez a rappelé le soutien de la France au gouvernement haïtien sur la voie des réformes, la lutte contre la pauvreté et la lutte contre la corruption. « La France travaille de concert sur tous ces sujets avec l’Union européenne ». Souhaitant que davantage d’entreprises françaises s’installent en Haïti et y développent leurs activités, l’ambassade de France s’emploiera à mieux faire connaître la situation et les opportunités qui existent en Haïti, et à promouvoir l’image du pays auprès des décideurs et investisseurs potentiels.

Stéphanie Renauld Armand