Quand les médicaments peuvent tuer

233
Photographies par Georges H. Rouzier / Challenges

L’utilisation des médications dangereuses constitue en Haïti un véritable problème de santé publique, en dépit des critères imposés par le ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) pour réguler leur circulation sur le territoire haïtien. Le MSPP n’ayant pas les moyens de sa politique, la population se retrouve donc seule face à ce danger.
Par Edine Célestin

Une maladie ou une infirmité équivaut à un état de mal-être qui se présente comme un dysfonctionnement d’origine psychologique, physique ou social. Ce dysfonctionnement se manifeste sous différentes formes qui peuvent, selon le cas, faire l’objet d’un traitement médical visant la restauration, la correction ou la modification de l’état. L’utilisation d’un médicament périmé présente un double problème : le sujet malade est privé des soins appropriés que nécessite son état et il peut en même temps souffrir d’une intoxication. Chaque année, la consommation de médicaments périmés provoque des milliers de cas d’intoxications en Haïti. Cette situation résulte de lacunes graves identifiées dans la mise en œuvre par le ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP), en liaison avec les autres secteurs socio-économiques et démographiques, de mesures fiables d’application des politiques de santé publique sur le terrain.