Mandat achevé pour haïti à la tête de l’aec

228
Photo byr Carl R. Leblanc / Challenges

MINISTRES et représentants des pays membres de l’AEC étaient réunis en Haïti à l’hôtel Karibe.

Lors de la 21e réunion du Conseil des ministres de l’Association des Etats de la Caraïbe (AEC), qui s’est tenue les 18 et 19 janvier en Haïti, le leadership haïtien était salué pour son travail tout au long de l’année à la tête de l’association. Le flambeau est désormais transmis à Cuba.

La 21e réunion ordinaire du Conseil des ministres de l’Association des Etats de la Caraïbe (AEC) s’est achevée le 19 janvier à Pétion-Ville, marquant la fin de l’année de présidence haïtienne de l’association. Dans son discours d’ouverture, Alfonso Múnera, secrétaire général de l’AEC, a exprimé sa reconnaissance au gouvernement d’Haïti pour son excellent leadership en 2015. Celui-ci est notamment apparu lors de l’adoption de résolutions relatives au Fonds spécial des Caraïbes, qui permettra d’utiliser des ressources en commun de développement. Haïti a invité les pays de la Caraïbe à réaliser des ouvertures vers l’Unasur (Union des nations sud-américaines) et l’Alena (Accord de libre-échange nord-américain). Haïti a par ailleurs soutenu les résolutions des Etats des Caraïbes critiquant les mesures adoptées par les Etats-Unis vis-à-vis du Venezuela, l’un des membres de l’AEC, appelant les USA à revenir sur leurs décisions et à améliorer leurs relations avec Caracas dans l’intérêt des Caraïbes.

Les ministres et chefs de délégations ont adopté la décision conjointe de continuer à renforcer la protection et la sauvegarde de la mer des Caraïbes et ont approuvé la mise en application des recommandations formulées à Trinité-et-Tobago en novembre 2015 lors du Premier colloque de la Commission de la mer des Caraïbes. A la suite de ces discussions, le gouvernement français, a pris l’initiative d’un projet de proposition portant sur le traitement des algues sargasses, qui sont devenues une véritable menace pour de nombreuses îles de la Caraïbe dépendant du tourisme.

Des décisions ont également été prises pour la désignation du Comité spécial sur le développement du commerce et des relations économiques extérieures (confié à la Colombie), sur le transport (à la Jamaïque), sur le tourisme durable (au Nicaragua), sur la réduction des risques de catastrophes (au Mexique) et sur le budget et l’administration (à Cuba). La responsabilité du Conseil des représentants nationaux du Fonds spécial a été attribuée au Panama pour la période 2016-2017.

Le budget et le programme de travail de l’AEC pour la période 2016-2017 ont par ailleurs été approuvés par le Conseil des ministres. Par ailleurs, l’Organisation internationale pour les migrations et la République de Biélorussie ont toutes deux été acceptées en qualité d’observateurs de l’AEC, portant leur nombre à total à 24.

Le gouvernement cubain, élu président du Conseil des ministres pour la période 2016 à la suite d’Haïti, a annoncé qu’il accueillerait le 7e Sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’AEC en juin 2016.

Georges Allen et JC.L.


Photo by Carl R. Leblanc / Challenges
Photo by Carl R. Leblanc / Challenges

Qu’est-ce que l’AEC ?

L’Association des Etats de la Caraïbe (AEC) est une organisation de consultation, de coopération et d’action concertée dans le commerce, le transport, le tourisme durable et les catastrophes naturelles dans la Grande Caraïbe. Elle est composée de 25 pays membres et de 7 pays membres associés. Les Etats membres sont Antigua-et-Barbuda, les Bahamas, la Barbade, Belize, Colombie, Costa Rica, Cuba, Dominique, République dominicaine, El Salvador, Grenade, Guatemala, Guyana, Haïti, Honduras, Mexique, Jamaïque, Nicaragua, Panama, Saint-Kitts-Et-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Suriname, Trinité-et-Tobago et le Venezuela. Les membres associés sont Aruba, Curaçao, France (au titre de la Guyane française, Saint-Barthélemy et Saint-Martin), Guadeloupe, Pays-Bas (au nom de Bonaire, Saba et Saint-Eustache), Martinique, Sint Maarten, Îles Turques et Caïques.