Les ponts font peur, le ministère rassure

253
LA STRUCTURE s’est affaissée au passage d’un camion. Photographies par Timothé Jackson / Challenges

En Haïti, les ponts font de plus en plus peur. Et cette peur gagne du terrain depuis la chute du pont reliant Cité Soleil à la Nationale n°I (Ouest). Tout un chacun redoute l’effondrement de nouvelles infrastructures à travers le pays en ce début de saison cyclonique.

Prudence oblige, dorénavant les véhicules roulent au ralenti sur les ponts en Haïti. Mi-mai, au niveau de Brasche, la structure métallique permettant de traverser la rivière La Momance était éventrée en plusieurs endroits. Elle n’est pas la seule à être dans cet état très critique considérant les menaces d’effondrement des ponts de la Croix-des-Missions, de Léogâne et de Saint-Raphaël, entre autres. Préoccupés, des syndicats de chauffeurs se mobilisent pour attirer l’attention des autorités concernées, en particulier le ministère des Travaux publics, Transport et Communications (MTPTC). Méhu Changeux et Montès Joseph pressent les responsables d’intervenir d’urgence sur ces infrastructures au risque de faire face à des mouvements de grève.

EN MARS DERNIER, un pont de la route 9 s’effondrait.
EN MARS DERNIER, un pont de la route 9 s’effondrait.

Une fois n’est pas coutume
Depuis le passage du cyclone Jeanne en 2004, les ponts n’ont de cesse d’inquiéter les usagers des routes haïtiennes. On se souvient de la chute du Pont Limite suspendu sur la Rivière Bouyaha, reliant Saint-Raphaël à Dondon. En 2008, Hanna et Ike avaient emporté le pont de Montrouis, entraînant la rupture partielle des communications terrestres entre l’Ouest et le Grand Nord. En 2007 puis en 2015, les autorités ont dû prendre des mesures sécuritaires face à la détérioration de l’état du pont de la Croix-des-Missions. Elles n’ont toutefois pas eu le temps d’intervenir pour interdire la circulation sur le pont de la route 9 avant l’effondrement de celui-ci, le 17 mars dernier. D’autres ponts inspirent la peur.

Qui s’occupe des ponts ?
Certains ponts, dont celui de la route 9 datant de la fin des années 90, sont récents. D’autres, installés plus antérieurement à titre provisoire, n’ont jamais été remplacés. Or, seuls des travaux de réhabilitation augmenteraient leur longévité. Au MTPTC, c’est la direction des Transports qui s’occupe du suivi des dossiers des ponts. Son responsable, Frantz Duroseau, a refusé de nous communiquer des informations, arguant ne pas en avoir l’autorisation. Une source dudit ministère révèle cependant qu’une opération d’évaluation des ponts a eu lieu dans les 10 départements, sans toutefois en préciser la période. Plusieurs ponts seraient en chantier actuellement. C’est le cas, par exemple, du pont de Brasche, à Léogâne, sur lequel la direction départementale de l’Ouest du MTPTC est intervenue de manière ponctuelle le 14 mai pour « changer deux plaques ».

En septembre 2015, les gouvernements haïtien et japonais ont paraphé un accord de 32 millions de dollars dans le cadre de la reconstruction des ponts de la route 9 et de la Croix-des-Missions. Mais, si les Japonais octroient les infrastructures, il revient aux Haïtiens de trouver le financement nécessaire à leur installation. « Sur les 26 milliards de gourdes allouées au MTPTC dans le budget national, la part dédiée aux ponts est insignifiante par rapport aux défis à relever », avoue notre source. Cependant certaines actions n’attirent pas l’attention des usagers et donc ne font pas écho dans les médias. A preuve, se réjouit cet ingénieur requérant l’anonymat, le pont de Gros-Morne est en construction ; le contrat pour celui de Ouanaminthe est en préparation. Mais, le dossier qui connaît des avancées considérables est celui du pont de Duvivier (route 9) par rapport à ceux de Brasche et de la Croix-des-Missions. Le tablier en bois du Pont Limite, reliant Dondon à Saint-Raphaël, endommagé par les pneus enflammés érigés par la population, va être remplacé sous peu. Toutefois, il faudra plus de moyens pour intervenir cette année sur le pont de la Grand-Anse.

A l’amorce de la saison cyclonique (juin à novembre), Jacques Evelt Eveillard, l’actuel ministre des Travaux Publics Transports et Communication aura du pain sur la planche. Le 23 mai, il a installé Charles Raymond Pierre au poste de directeur général et Wilson Edouard comme secrétaire d’Etat aux Transports afin de l’aider dans sa mission.

Guamacice Délice

cha-Pont-Route-9-19032016-6079-THJAC-3808-sm