Les coups de cœur de l’ambassadeur

247
Photographies par Roxane Ledan / Challenges

En la résidence de l’ambassadeur américain accrédité en Haïti, à Bourdon, sont exposées 25 œuvres d’art. Tableaux, sculptures et pièces en métal découpé provenant de la Galerie Marassa, de la Galerie Georges Nader, du Musée d’Art Nader et de plusieurs artistes. Un coup de cœur de Peter F. Mulrean et de son épouse, Corinne Bèque.

cha-ResidenceAmericaine-Vernissage-2-RxL-sm

Des œuvres extraordinaires signées par des artistes qui se passent de présentation – tels Bernard Séjourné, David Boyer, Lucien Price, Frankétienne, Philippe Dodard, Tiga, Stivenson Magloire, Murat Brierre, Edgard Brierre, Céleur Jean-Hérard ou André Eugène –sont accrochées aux murs d’un magnifique palais construit en 1939 pour symboliser toute l’importance que les Etats-Unis attachent à Haïti. La résidence privée de l’ambassadeur américain se transforme donc en une plateforme pour exposer ce qu’il y a de plus beau dans le pays, pour reprendre les mots de Peter Mulrean, « épaté » par la richesse de l’art haïtien. En face d’une telle richesse, le diplomate et son épouse, Corinne Bèque, se sont laissés guider par un coup de cœur : « Nous avons décidé de concentrer cette exposition sur l’abstraction dans l’art haïtien et nous avons choisi parmi les pionniers de l’époque du Centre d’Art jusqu’aux artistes contemporains. Une sélection certes petite en nombre mais qui démontre notre appréciation pour la diversité de l’art haïtien. »

La passion de l’art haïtien

 LA RÉSIDENCE PRIVÉE de l’ambassadeur américain se transforme en lieu d’exposition rendant hommage à l’art haïtien.
LA RÉSIDENCE PRIVÉE de l’ambassadeur américain se transforme en lieu d’exposition rendant hommage à l’art haïtien.

Le vernissage de l’exposition intitulée Peintures et sculptures d’Haïti exposées à la Résidence pourra être apprécié par plusieurs centaines de personnes le 4 juillet prochain, jour de l’indépendance des Etats-Unis, événement célébré avec éclat chaque année. S’agissant d’une résidence privée, et qui plus est de celle de l’ambassadeur américain, les visites autorisées répondent à des critères de sécurité très stricts. La possibilité de permettre à plus de personnes passionnées de l’art haïtien de pouvoir faire la connaissance de certaines des plus belles œuvres d’Haïti est cependant à l’étude.

Corinne Bèque ne se lasse pas de raconter qu’elle est tombée amoureuse de l’art haïtien depuis son arrivée à Port-au-Prince. Un sentiment qui a germé suite aux contacts répétés soit avec les œuvres, soit avec les galeries ou avec des artistes. Elle révèle que M. Nader a prêté la majorité des œuvres et a également aidé à conceptualiser l’ensemble de l’exposition avec le concours de Michèle Frisch et de Pascale Monnin dont l’une des créations, intitulée Chapelet champêtre, est suspendue à l’arbre baptisé en Haïti Mimi blanc, de son nom scientifique Barringtonia asiatica, qui domine le jardin de la résidence. Sept têtes en béton armé ponctuées de plusieurs morceaux de miroirs captent des jets de lumière… toute une symbiose à la fois simple et complexe.

Cossy Roosevelt

 PETER F. MULREAN, ambassadeur des Etats-Unis, son épouse, Corinne Bèque, et Cossy Roosevelt.
PETER F. MULREAN, ambassadeur des Etats-Unis, son épouse, Corinne Bèque, et Cossy Roosevelt.