L’élection de Cholzer Chancy et de Jocelerme Privert, respectivement présidents de la Chambre basse et du Sénat, augure de la dynamique devant configurer la 50e législature. Les tendances actuelles montrent déjà les nouvelles lignes de force même si les chambres doivent encore être complétées par les derniers élus qui devront cependant attendre encore après le report sine die des élections.
Par Cossy Roosevelt

P
our avoir obtenu un total de 26 représentants sur les 92 députés élus lors des législatives de 2015, le Parti haïtien Tèt Kale (PHTK) du président Michel Martelly représente un atome autour duquel bien des éléments seront tentés de graviter. Il en est de même pour la plateforme Vérité qui compte pour l’heure 13 élus. Cholzer Chancy, membre de l’AAA, ancien questeur de la Chambre basse pendant quatre ans, a obtenu facilement le vote des députés du Parti Haïtien Tet Kale (26 voix) ainsi que le support de ses alliés totalisant 46 voix et devenant ainsi le nouveau président. Son compétiteur, l’homme d’affaires Jerry Tardieu, n’a pu pour sa part mobiliser que 44 voix malgré l’importante campagne qu’il a menée. Tout peut basculer dans un sens ou dans un autre dans les jours qui viennent le processus électoral étant dans une impasse totale. Pour l’heure, 92 députés siègent à la Chambre basse, 27 devront attendre des législatives complémentaires dans les circonscriptions où des violences avaient poussé le CEP à annuler les opérations électorales du 9 août dernier.

Comment constituer un bloc majoritaire à la Chambre basse ? KID (Konvansyon Inite Demokratik) et AAA (Atibonit An Aksyon), deux partis proches de Tèt Kale, totalisent à eux deux 13 sièges. Ils peuvent aider à constituer le bloc majoritaire à la Chambre basse pour défendre les intérêts du pouvoir. Lavalas et Inité ont grappillé respectivement 6 et 4 postes de députés. Fusion et Bouclier, avec 3 sièges chacun, ne pourront pas résister aux courants des plus forts. A la Chambre basse où le bureau est dominé par le PHTK (Cholzer Chancy, président ; Jacques St-Louis, vice-président aux séances ; Remual Smith, vice-président aux affaires administratives ; Gary Bodeau, questeur ; Gracia Delva, vice-questeur ; Abel Descollines, premier secrétaire ; Exinor Hermano, deuxième secrétaire), Michel Martelly a peu de souci à se faire, à moins que des alliances lui échappent dans les jours à venir. Pour résumer, l’actuel parti présidentiel est en passe de constituer le bloc majoritaire.

L’opposition au cœur du Sénat

Photo by Timothé Jackson / Challenges
Cholzer Chancy, président de la Chambre basse. Photo by Samuel Pierre

Youri Latortue, ancien conseiller spécial de Michel Martelly, n’a pas réussi à prendre les commandes du sénat de la République. Les grands courants à la Chambre haute avaient, en effet, proposé un candidat unique en la personne de Jocelerme Privert (INITE), stratégie grâce à laquelle ce dernier a bénéficié de 15 voix. Le bureau de la Chambre haute est ainsi constitué de Jocelerme Privert, président du Sénat et de l’Assemblée nationale ; Ronald Larêche, vice-président (Nord-Est, plateforme VERITE) ; Fritz Carlos Lebon, questeur (poste qu’il occupait déjà – Sud, INITE) ; François Lucas Sainvil, premier secrétaire (Nord-Ouest, INITE) et Steven Ivenson Benoit, deuxième secrétaire (Ouest, Alternative). Parmi les anciens élus l’on compte 5 représentants du parti INITE, 3 de l’OPL et 2 de Alternative. En clair, l’opposition contrôle le Sénat, ce qui laisse croire que le pouvoir sortant aura du mal à préparer le terrain pour protéger son avenir. Considérant la position des 15 sénateurs qui ont permis la constitution d’un bureau acquis totalement à l’opposition, et considérant aussi le premier acte posé qui demandait au gouvernement de surseoir aux élections du 24 janvier, VERITE et alliés formeront le bloc majoritaire. Le PHTK, qui a remporté deux sièges au Sénat, pourrait compter sur les trois élus du KID, sur Youri Latortue (AAA) ainsi que sur l’appui de Fritz Carlos Lebon et d’Edwin Zenny. Six sénateurs restent à élire dans le Nord, le Centre et la Grand-Anse.

 

cha-PresidentSenat-Jocelerme-Privert-THJAC-0438-sm
Jocelerme Privert, président du Sénat. Photo by Timothé Jackson / Challenges

Les deux bureaux ont été constitués mais l’Assemblée nationale n’a pas eu lieu le deuxième lundi du mois de janvier comme le veut la Constitution de 1987. Des partis de l’opposition hésitent ainsi à parler de 50e législature et les secteurs les plus radicaux, ne reconnaissant pas les nouveaux élus, réclament des élections générales. Pour sortir de la crise et pour ne pas tout perdre, anciens et nouveaux élus pourraient se mettre d’accord sur la nécessité de sauver la barque nationale en cherchant des solutions au cœur de la Constitution, dont la plupart des outils semblent pourtant être déjà épuisés.


92 députés élus sur 119

92-deputes-elus-sur-119PHTK (26 élus)
Jean Berthole Bastien (Vallières/Carice) – Louis Romel Beauge (Maissade) – Jean Philippe Belisaire (Tiburon) – Anouce Jhon Bernard (Beaumont) – A. Rodon Bien-Aimé (Cerca Cavajal) – Rony Célestin (Cerca la Source) – Hervé Charles (Torbeck Chantal) – Jean Galvy Charles (Chardonnières/Les Anglais) – Jean Chavenet Clerjour (Abricots/Bonbon) – Price Cyprien (Thomazeau) – Garcia Delva (Marchand Dessalines) – Abel Descollines (Mirebalais) – Gandhy Dorfeuille (Saint-Louis-du-Sud) – Elisma Florvil (Ouanaminthe) – Yvon Geste (Miragoâne) – Wilner Guervil (Anse-à-Veau/Arnaud) – Jean Wilson Hippolite (Léogâne) – Joseph Benoît Laguerre (Saint Jean du Sud/Arniquet) – Jean René Lochard (Port-au-Prince 2e) – Pierre-Louis Ostin (Roches-à-Bateau) – Philippe Parvilus (Sainte-Suzanne) – Worms Perilus (Pilate) – Denis Saint-Fort (Bassin-Bleu) – Joel Semerzier (Anse d’Hainault/Les Irois) – Michel Jacques St Louis (Mombin Crochu) – Paul Hermann Vil (Grand-Gosier)

VERITE (13 élus)
Germain Fils Alexandre (Petit-Goâve) – Myriam Amilcar (Saint Michel) – Jacques Beauvil (Carrefour) – Peter Castin Constantin (Pignon/Ranquite/La Vicoire) – Caleb J. Desrameaux (Tabarre) – Pierre Jude Destine (Fonds-Verrettes/Ganthier) – Beonard Dorismond (Coteaux) – Donal Dorsainvil (Trou-du-Nord/Caracol) – Gabriel Lyonel Jean (Lascahobas) – Frandy Louis (Limbé) – Salem Raphael (Marmelade) – Jerry Tardieu (Pétion-Ville) – Gérard Theramene (Jean-Rabel)

KID (7)
Alfredo Junior Antoine (Kenscoff) – Frist Adren (Mont Organisée/Capotille) – Sony Cabe (Bainet) – Francisque Delacruz (Thomassique) – Willer Jean Jean (Croix-des-Bouquets) – Fred Pitton (Hinche) – Jacquelin Rubes (Fort-Liberté)

OPL (7 élus)
Jean-Robert Bosse (Aquin) – Reynald Exantus (L’Estere) – Ketel Jean-Philippe (Jacmel) – Fils Joseph (Chansolme) – Franck Lauture (La Vallée de Jacmel) – Esaie Prophete (Quartier Morin) – Clauvy Robas (Cayes/Ile-à-Vache)

AAA – Ayiti an Aksyon (6 élus)
Cholzer Chancy (Ennery) – Edouanel Chery (Anse Rouge) – Fritz Chery (Gros-Morne) – Dulaurier Jacques (Terre Neuve) – Jacob Latortue (Gonaïves) – Vilma Mathieu (Belle-Anse)

Famni Lavalas (6 élus)
Vikerson Garnier (Thiotte) – Smith Mathurin (Petite Rivière de Nippes/Paillany) – Patrick Norzeus (Baraderes/Grand Bouca) – Elience Petit-Frère (Ferrier/Les Perches) – Bélizaire Printemps (Port-au-Prince 3e) – Bertrand Sinal (Port-Salut)

INITE (4 élus)
Jean Guerrier Benoit (Moron/Chambellan) – Hermano Exinord (La Chapelle) – Jackie Guerrier (Pointe-à-Raquette) – Curolo Loiseau (Dame Marie)

Bouclier (3 élus)
Hubert Dieu Alsace (Grande Saline) – Gary Bodeau (Delmas) – Claude Lesly Pierre (Plaine du Nord/Milot)

Fusion (3 élus)
Guerchon Guerrard (Belladere) – Bel-Ange Pierre (Anse-à-Pitre) – Lemann Premier (L’Asile)

LAPEH (2 élus)
Jean Etienne (Cap-Haïtien) – Wuinchel Olivier (Cavaillon)

MOSANO (2 élus)
Jean Asthene (La Tortue) – Freud Maurancy (Saint Louis Nord)

Renmen Ayiti (2 élus)
Claude Luc Guillaume (Petit Trou de Nippes/Plaisance du Sud) – Micalerme Pierre (Anse à Galet)

Partis ayant 1 seul représentant
Enel Appolon (Pitit Dessalines, Thomonde) – Louis-Marie Bonhomme (PONT, Anse-à-Fleur) – Ronald Etienne (CNPPH, Pestel) – Jean Mary Forestal (KP, Port-de-Paix) – Iverno Guerrier (MAS, Fonds-des-Nègres) – Jovenel Louis (MONHA, Terrier-Rouge) – Jean Benissoit Mercredy (MAPEH, Cayes Jacmel) – Jean Michel Moïse (PF, Bombadopolis/Baie de Henne) – Rolphe Papillon (Consortium, Corail) – Romial Smith (PALMIS, Saut-d’eau) – Tertius Tanis (Kontrapelela, Limonade)


24 sénateurs sur 30

24-senateurs-sur-30INITE (5 élus)
Jocelerme Privert (AE, Nippes) – Jean Baptiste Bien-Aimé (AE, Nord-Est) – Fritz Carlos Lebon (AE, Sud) – François Lucas Sainvil (AE, Nord-Ouest) – Edwin Zenny (AE, Sud-Est)

OPL (4 élus)
Jean-Marie Junior Salomon (NE, Sud) – Andris Riché (AE, Grand-Anse) – Annick François Joseph (AE, Nord-Ouest) – Francisco De La Cruz (AE, Centre)

VERITE (3 élus)
Ronald Lareche (NE, Nord-Est) – Antonio Cheramy (NE, Ouest) – Francenet Denius (NE, Nippes)

KID (3 élus)
Carl Murat Cantave (NE, Artibonite) – Dieupie Cherubin (NE, Sud-Est) – Onondieu Louis (NE, Nord-Ouest)

PHTK (2 élus)
Richard Lenine Hervé Fourcand (NE, Sud) – Jacques Sauveur Jean (NE, Nord-Est)

ALTERNATIVE (2 élus)
Steven Benoit (AE, Ouest) – Wesner Polycarpe (AE, Nord)

Partis ayant 1 seul représentant
Youri Latortue (NE, AAA, Artibonite) – Richard Pierre (NE, Pitit Dessalines, Sud-Est) – Jean Renel Senatus (NE, Ligue Dessalinienne, Ouest) – Evaliere Beauplan (NE, PONT, Nord-Ouest) – Nenel Cassy (NE, Fanmi Lavalas, Nippes)

AE = ancien élu – NE = nouvel élu


cha-YouriLatortue-THJAC-sm
Photo by Timothé Jackson / Challenges

L’AVIS DE Youri Latortue

Sénateur de l’Artibonite (parti AAA)

 « LE PAYS EST DANS UNE IMPASSE POLITIQUE QUI FAIT APPEL AU SENS DU SACRIFICE »


« Le pays est dans une impasse politique qui fait appel au sens du sacrifice de tout politicien conséquent. C’est ce que j’ai fait lors de la constitution du nouveau bureau du Sénat en désistant au profit d’une structure plurielle. Et je félicite mon collègue Jocelerme Privert, le président du grand corps et de l’Assemblée nationale, qui promet d’agir en faveur de la mise sur pied du Conseil électoral permanent, du Conseil constitutionnel, de l’organisme appelé à réguler l’enseignement supérieur et de tout mettre en œuvre pour parvenir à contrôler une gestion saine des finances publiques. Six sénateurs et 27 députés manquent à l’appel, d’où la nécessité de boucler le processus électoral en ce qui a trait à la réalisation des législatives complémentaires dans les départements du Nord, du Centre et de la Grand ‘Anse. Il est aussi important de réaliser le deuxième de la présidentielle pour qu’un nouveau chef d’Etat prête serment le 7 février. Et toute alternative de sortie de crise de l’opposition doit tenir compte de cet aspect crucial. Michel Martelly a répété à plusieurs reprises qu’il partira à cette date en remettant l’écharpe présidentielle au nouveau président élu démocratiquement. Il ne faut pas non plus négliger les élections locales qui concernent les ASEC, les CASEC et les délégués de ville pour l’ensemble du pays ».