Le pouvoir économique… aux femmes

68
Istock/ Getty Images
Istock/ Getty Images

Renforcer la présence des femmes dans les secteurs vitaux du pays, tel est l’objectif principal de Women in Power implanté en Haïti depuis le 8 avril dernier. En seulement trois mois, sous le parapluie de ACTIVEH*, deux importantes activités ont été organisées, et des projets ambitieux annoncés.

Les participantes à la toute première séance de formation réalisée par le staff local de Women in Power, à l’occasion du lancement officiel de ses activités en Haïti, ont été inspirées par l’idée d’œuvrer en faveur du renforcement de la position de « leadership et de pouvoir » des femmes dans la société haïtienne. « Pour y arriver, il faut se mettre ensemble, s’imposer et impacter », insiste Anna Jovin, coordonnatrice générale.

Économiste de profession, elle trouve matière à promouvoir le concept de l’« entreprenariat au féminin », thème central d’une foire gastronomique artisanale et littéraire organisée au Lycée du Cent Cinquantenaire, le 2 juin dernier. « Nous allons encadrer les femmes dans leur domaine respectif pour qu’elles progressent plus rapidement », promet pour sa part la gestionnaire Régine Dugas. Dans leur banque de projets : un pré-fac à l’intention des bachelières, des formations continues sur l’orientation professionnelle et sur l’entreprenariat… La juriste Phernanda Ledix, vice-coordonnatrice générale, qui privilégie des approches prenant en compte la dure réalité des femmes haïtiennes, en particulier les plus défavorisées, annonce que des efforts seront déployés à l’échelle nationale, avec l’appui de futurs partenaires. Entre autres objectifs spécifiques fixés par la structure locale : Aider les jeunes femmes à mettre sur pied des activités économiques rentables, renforcer leur présence dans les institutions du pays et participer aux grandes décisions de la République. La Women in Power, qui a vu le jour à New York dans le cadre du mouvement 92 Y, prône en effet l’inclusion sociale. Partout ailleurs, les femmes représentent le moteur de développement. Raison pour laquelle, « il faut les former, les encadrer et les accompagner dans leurs efforts d’émancipation sociale, économique et politique », soutiennent les trois responsables de Women in Power en Haïti. 

Cossy Roosevelt

*Action à travers des initiatives et volontariat pour l’éducation en Haïti.