Le peuple convoqué aux élections

68
JOCELERME PRIVERT a publié un arrêté le 20 juillet convoquant le peuple en ses comices. Photographie par Timothé Jackson / Challenges

En pleine incertitude politique et dans un contexte où la communauté internationale décide de ne pas financer les élections, le président provisoire a convoqué le peuple en ses comices. Par cet acte, Jocelerme Privert poursuit le processus des élections et se passe des critiques d’une frange de la classe politique.

Je vous invite à répondre en masse à ce grand rendez-vous historique que sont les élections du 9 octobre prochain ; gage de l’avenir politique et de l’avenir du pays, déclarait le président provisoire le 19 juillet dans une adresse à la Nation diffusée par la télévision d’Etat. En manque de légitimité depuis le 14 juin 2016, date marquant l’expiration de son mandat de 120 jours, Jocelerme Privert officialise, une fois pour toutes, le processus électoral en publiant dans le journal officiel Le Moniteur, le 20 juillet, l’arrêté convoquant le peuple en ses comices. La décision du chef de l’Etat a pris une allure d’autant plus irréversible voire irrévocable que ce dernier a rappelé que : « les élections programmées pour cette année ont pour objectif de remettre le pays définitivement sur la voie de la démocratie ». En effet, Jocelerme Privert avance vers ce qu’il considère être sa principale mission alors que l’Assemblée nationale traîne des pieds et n’arrive toujours pas à appliquer l’article 7 de l’accord de février. De son côté, le Conseil électoral provisoire (CEP) met les bouchées doubles sans faire entorse à son calendrier. Toutes les questions techniques sont réglées en temps réel. Entre incertitudes et grogne à tous les niveaux de la classe politique et de la société civile, le pays est en mode élections. En fait, durant le scrutin fixé au premier dimanche d’octobre, quatre opérations électorales auront lieu : l’élection du président de la République, l’élection du tiers du Sénat, les élections législatives complémentaires entamées au cours de l’année 2015 ainsi que les élections directes et indirectes des collectivités territoriales.