Le Ministère de la Planification et de la Coopération Externe

200
Istock/ Getty Images
Istock/ Getty Images

Les ministères, chacun dans leur sphère d’action respective, œuvrent à fournir des services de qualité à la population. Ils entendent ainsi, de façon collective, contribuer au développement du pays. Dans cet effort de longue haleine, le Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) a pris la plus grande responsabilité.

Élaborer des plans nationaux de développement économique et social ; améliorer les systèmes de planification : ce sont les deux principales missions du Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) créé par le décret du 10 février 1989 et régi par celui du 10 mars 1989. S’agissant en partie d’une entité de planification, elle permet l’utilisation optimale des ressources, tant internes qu’externes, disponibles pour un développement économique et social équilibré.

 Mais sa plus importante responsabilité consiste à « orienter, en application de la loi et en collaboration avec les autres ministères sectoriels et les collectivités territoriales, le choix des programmes et projets d’investissements publics en fonction des stratégies, choix et priorités du gouvernement pour un développement équilibré du territoire national », lit-on sur le site officiel du MPCE.

Autres responsabilités
De plus, cette entité propose d’assurer « la bonne coordination ainsi que la cohérence des flux externes et des efforts nationaux de financement des investissements publics ». Pour y arriver, le MPCE informe avoir mis en place des outils efficaces de coordination de concert avec ses partenaires externes bilatéraux et multilatéraux, incluant les Organisations Non Gouvernementales (ONG).

Vu la somme conséquente des responsabilités à assumer, on trouve dans les locaux du Ministère de la Planification et de la Coopération Externe, plusieurs Directions techniques qui sont à l’œuvre tous les jours de la semaine. Elles travaillent à articuler les actions prioritaires du gouvernement en vue d’une meilleure utilisation des ressources publiques. Pour assurer le suivi des interventions, les cadres des Directions techniques ont mis en place des outils qui facilitent l’évaluation « des programmes et projets de développement national à court, moyen et long terme ». Le volet « reddition de comptes » constitue aussi un souci permanent, soutient le Ministère de la Planification et de la Coopération Externe.

MPCE, l’un des plus importants ministères
Dans le cadre de la loi de finances 2017-2018, de laquelle il tire une part de 5 % (soit 7,18 milliards de gourdes), le MPCE arrive en sixième position des ministères les plus importants de la République d’Haïti. Pour cette période fiscale, il s’est fixé les objectifs suivants : Renforcer le dialogue avec les partenaires techniques et financiers ; Renforcer la coordination des stratégies et politiques globales de développement et le cadre de dialogue avec les partenaires techniques et financiers ; Améliorer les rapports de coopération et assurer un meilleur suivi de l’aide au développement ; Identifier et promouvoir les pôles régionaux et locaux de développement ; Renforcer les capacités techniques et institutionnelles au service de la planification et de l’aménagement du territoire ; Établir un système de réseautage entre les ministères et les UEP dans le domaine de la planification, le suivi et l’évaluation.

Cossy Roosevelt

PRÉSENTATION DE LA STRUCTURE ORGANISATIONNELLE DU MPCE
Le Ministère de la Plani cation et de la Coopération Externe est organisé suivant une structure hiérarchisée placée sous l’autorité d’un Ministre auquel peuvent être adjoints un ou plusieurs Secrétaires d’État. Les différents niveaux administratifs sont les suivants: Une structure Centrale comprenant une Direction Générale assistée d’une Direction Administrative, de six (6) Directions Techniques, de deux (2) Unités de Coordination, d’une (1) Unité Informatique et de dix (10) Directions Départementales ; et trois (3) Services Externes.