Le juteux commerce des anguilles

1216
©iStock/Getty Images

Chaque année, huit tonnes d’anguilles sont exportées sans compter la quantité qui part vers la République dominicaine. L’anguille fait partie des sept premiers produits exportés et des six produits les plus demandés par les premiers partenaires commerciaux d’Haïti. L’espèce est aujourd’hui en voie d’extinction.

A partir d’une colline qui domine la baie des Abricots, des centaines de luminaires scintillent sur la côte jouxtant l’embouchure. C’est la période de « dekou ». Ce moment de l’année où la lune apparaît et les larves d’anguilles (appelées civelles) s’agglutinent près du rivage. Des centaines d’hommes, une lampe électrique attachée au front, à l’aide d’un tamis fait de tissu moustiquaire collé sur un rectangle de bois, retiennent les civelles que chaque vague apporte. A leur cou, est accrochée une bouteille en plastique dans laquelle ils déversent leur butin de pêche. « C’est un miracle du ciel qui permet à ces gens d’avoir un peu d’argent dans une zone presque morte », se réjouit Michaëlle de Verteuil qui vit aux Abricots depuis quarante ans.