Le Centre d’Art renaît de ses cendres

519
Tatiana Mora Liautaud / Challenges

Six ans après le séisme de janvier 2010, le Centre d’Art, considéré comme le berceau de l’art haïtien, a organisé les 3 et 4 février sa toute première exposition autour du thème Lumière des ombres.

Plusieurs dizaines d’artistes, photographes, journalistes, opérateurs culturels, personnalités du monde diplomatique et des affaires, sans oublier les simples curieux ou passionnés d’art, ont investi le 3 février dernier, le Centre d’Art, ruelle Roy à Port-au-Prince, pour assister à une exposition d’échantillons d’œuvres des pionniers de la sculpture que sont Georges Liautaud, Murat Brierre, Joseph Louis-Juste, Damien Paul, Lionel St-Eloi, Gabriel Bien-Aimé et Serge Jolimeau.

Tatiana Mora Liautaud / Challenges
Tatiana Mora Liautaud / Challenges

PETER MULREAN, ambassadeur des Etats-Unis, a pu apprécier les trésors du Centre d’Art.

Un défi de taille
« Notre objectif est de donner à voir un patrimoine méconnu, de susciter de la curiosité et de procurer du plaisir au public qu’il soit novice ou érudit. Le Centre peut maintenant appréhender de manière très concrète les nouveaux enjeux en termes de formation et d’encadrement artistique et renouer avec sa mission d’origine, a rappelé Louise Perrichon, la directrice exécutive. Faire renaître le Centre d’Art est une lourde responsabilité dans la mesure où il doit former, encadrer, promouvoir les artistes, tout en préservant, documentant et valorisant le patrimoine, afin de redevenir une référence sur la scène artistique internationale. Le Centre d’Art doit innover tout en restant fidèle à lui-même. Chaque jour, le traitement de ses archives nous rappelle le potentiel inouï de l’art haïtien, le rayonnement international, le rôle économique, social et culturel de ces œuvres d’art. Le défi est de taille. »