HAÏTI MISE SUR SES ÎLES DU TOURISME

147
LES TAXIS BOAT sont l’un des moyens d’accéder aux îles. © Manige Mesidor / FOTOKONBIT

La République d’Haïti a connu une réelle progression dans le secteur touristique mondial, selon le rapport du Forum économique mondial 2015. On commence par découvrir nos 40 îles du tourisme.

Parmi les îles du patrimoine haïtien qui attirent les curieux l’île de la Tortue, où des flibustiers ont débarqué en 1625 sous la direction de Jean Levasseur, est l’une des plus importantes.

L’île présente une superficie de 180 km2 et abrite une population de 45 000 habitants. David Candib, vice-président de Carnival Corporation’s Global Port & Destination Development Group, confie avoir signé en juillet 2013 un accord avec l’Etat haïtien en vue de créer un port moderne et des facilités touristiques. Il serait prêt à investir 70 millions de dollars US. Mais de nombreuses contrariétés le ralentissent. Remonte également à la surface l’île-à-Vaches, s’étendant sur une superficie d’environ 45,96 km2. Tout s’ébranle pour faire de cette île un « pays à part » avec un aéroport international disposant d’une piste de 2,6 km mais aussi la construction de plusieurs hôtels avec des investissements vénézuéliens à la base. « PetroCaribe envisage-t-il de se tirer d’affaire à l’avenir sur le dos de l’île-à-Vaches ? », s’inquiètent des leaders d’organisations populaires. Ces derniers souhaitent devenir autonomes, sans passer par la ville des Cayes, responsable fiscale de leur commune.

De son côté, l’île de la Gonâve,(60 km de long et 15 km de large), d’une dimension similaire à celle de la Martinique (70 km de long et 13 km de large) est plus grande que les États de Grenade et de la Barbade et représente la moitié du territoire des Bahamas. Des négociations sont en cours avec le Gonave Economic Development Group qui promet de générer 250 000 emplois en érigeant des hôtels modernes, un complexe portuaire industriel, un aéroport international plus grand que celui de Port-au-Prince, des aires d’exploitation des ressources pétrolières et un Centre de météorologie.

Des partenariats attendus

À côté de ces grandes îles s’alignent quarante autres, dont les îles des 3 Sœurs, à Cabrit (où le projet Blu Lagoon prévoit, pour un espace de relaxation face à Port Lafito, marina, boutiques, terrains de sport, villas dont certaines sur pilotis, héliport, etc.), à Diamant, à la Manne, à la Bourre, aux Colombiers, de Corny, de Croissant, des Poules, du Carrénage, du Limbé, de la Frégate, de Grande Cayemithe, de Permantois, de Picoulet, des Nattes, du Régal, des Moustiques, des Rats, des Anguilles, d’Oranges, de Jean Pierre Boyer, du roi Henry, de la Compagnie, des Irois, de Grand Goave, de Faux Diamant, d’Harold, des Palmiers, de Port Margot, de Remy, de la Navase, des Paturages, du Fort, de Cayes à l’Eau, de Grand Gosier, des Arcadins…

Ces îles du tourisme attendent de véritables partenariats mais comme on le dit à l’Association hôtelière et touristique, « elles ne sont pas à vendre »