La Caravane du Changement

38
UNJPH
UNJPH

La Caravane du Changement continue de faire sa route et s’attelle à « mettre en valeur la terre, l’eau et les humains » qui constituent, selon le président Jovenel Moïse, l’essence même du pays.

A près avoir été mobilisés durant deux mois dans la Vallée de l’Artibonite, les ressources matérielles de l’État et des équipements du secteur privé sont réorientés vers le Grand Sud dans le cadre de travaux qui s’échelonneront sur deux phases. La première,  « Opération Coup de Poing », s’étendra de Juillet à Septembre. Au cours de cette phase, 125 maisons doivent être construites (50 dans le Sud, 50 dans la Grand-Anse et 25 dans les Nippes)et 1 250 autres doivent être réhabilitées. Des travaux confiés à l’Unité de Construction de Logements et de Bâtiments Publics (UCLBP) et l’Entreprise Publique de Promotion de Logements Sociaux (EPPLS).

 

La deuxième phase sera déclinée sur tout le quinquennat de Jovenel Moïse et prévoit des travaux de réhabilitation de 1 360 kilomètres de route dans la Grand-Anse, le Sud et les Nippes. Des interventions sont également prévues au niveau des infrastructures urbaines détruites ou endommagées par l’ouragan Matthew en octobre 2016.

3,5 milliards de gourdes sont mobilisées pour la Caravane du Sud, comme l’avait annoncé la Présidence haïtienne la veille du lancement.

Réhabiliter l’environnement, relancer l’agriculture

La Caravane du Changement entend résoudre des problèmes profonds auxquels le pays fait face depuis trop longtemps. Les autorités ont ainsi envisagé l’amélioration des conditions d’accès à l’eau d’irrigation, l’assainissement des zones marécageuses et la protection des zones inondables au niveau des villages et villes victimes d’inondations périodiques.

La Caravane du Changement vise également à « redonner espoir aux plus défavorisés dans la capacité de l’État à entreprendre des démarches en leur faveur et encourager les secteurs les plus nantis à reprendre confiance et à investir dans le secteur agricole ». La finalité de ce vaste mouvement lancé par le président Jovenel Moïse est d’« augmenter la production nationale pour améliorer la sécurité alimentaire et créer de
nouvelles richesses
 ».

Des efforts colossaux

Le président Jovenel Moïse, accompagné notamment de sa femme, lance la caravane dans le Grand Sud
Le président Jovenel Moïse, accompagné notamment de sa femme, lance la caravane dans le Grand Sud

Une flotte comprenant, entre autres, 30 pelles excavatrices à bras long, 10 bulldozers, 7 loaders, 40 camions, 5 graders, avait été déployée dans l’Artibonite entre le 1er Mai et le 30 Juin 2017. Ces équipements devaient servir à la mise en valeur de 32 000 hectares, au curage de 197 km de canaux d’irrigation et de 87 km de canaux de drainage ainsi que l’aménagement d’une centaine de km de routes agricoles. L’État haïtien aurait consenti un montant de 197 millions de gourdes pour la Caravane de l’Artibonite dont les premiers résultats sont attendus à l’automne 2017.

Si certains saluent le dévouement du chef de l’État en faveur de l’autonomie alimentaire des Haïtiens à travers le lancement de la Caravane du Changement, d’autres y voient une démarche politique. Les fonds mobilisés auraient pu servir à des programmes concrets, selon ces critiques qui auraient aimé voir des agronomes et des techniciens agricoles œuvrer à la formation des producteurs dans le cadre d’une politique agricole publique.

Guamacice Delice