La Caraïbe, une croissance en hausse en 2018

50
Istock/ Getty Images
Istock/ Getty Images

Les économies de la Caraïbe sont alimentées principalement par les revenus touristiques. Les pays les plus avancés économiquement le sont parce qu’ils disposent de bonnes capacités d’accueil, à l’exception de Trinidad and Tobago qui produit du pétrole, entre autres. Par exemple, la République Dominicaine et les Bahamas viennent de consentir de grands investissements dans les infrastructures hôtelières qui leur promettent une meilleure croissance en 2018.

Les Bahamas attendent une croissance de 2,2 % en 2018, presque le double de celle enregistrée en 2017, soit 1,4 %. Et les Bahamiens ne vont pas passer par quatre chemins, ils vont continuer à exploiter au maximum leurs potentialités touristiques. Un gigantesque complexe hôtelier, Baha Mar Ressort, s’ouvre à Long-Awaited dans le but d’améliorer la croissance à moyen terme. C’est un total de 4 400 nouvelles chambres qui viennent booster l’offre touristique de l’un des pays les plus riches de la Caraïbe. Ces investissements représentent une enveloppe de 4,2 milliards de dollars, soit deux fois le budget de la République d’Haïti.

L’économie du pays dépend en grande partie déjà d’un tourisme florissant qui alimente 60 % du PIB national et absorbe la moitié de la main-d’œuvre. Ainsi, l’archipel recevait plus de 1,3 million de visiteurs en 2016, en 5e position derrière la République Dominicaine, la Jamaïque, Cuba et Porto Rico. Mais, les Bahamas comptent aussi sur les services financiers qui viennent en deuxième position dans le Produit Intérieur Brut, soit 35 %.

Le Fonds Monétaire International prévoit que la croissance de la République Dominicaine atteindra les 5 % en 2018. Première destination touristique de la Caraïbe, on sait qu’outre ce secteur qui rapporte plus d’un milliard de dollars chaque année, l’agriculture et les transferts d’argent à partir de l’étranger constituent les deux grandes sources de devises dans ce pays qui partage Hispaniola avec Haïti. Si le pays n’a atteint que la moitié des 10 millions de visiteurs qu’il souhaitait accueillir en 2017, il œuvre à augmenter ses capacités d’accueil qui sont déjà de 75 000 chambres. En effet, treize nouveaux hôtels pour 7 300 nouvelles chambres devaient ouvrir leurs portes avant la fin de l’année. Ce qui porterait à 82 000 chambres disponibles, notamment à Santo Domingo et à Punta Cana.

L’économie de Trinidad and Tobago devrait connaître un grand rebondissement en 2018 puisque les prévisions avancent le chiffre de 3,4 %. En 2015, elle était marquée par une contraction (-2,1 %) et en 2016 elle avait connu une forte détérioration (-2,3 %). Le Fonds Monétaire International va calculer jusqu’à -5,1 % la croissance de ce petit État, seul producteur de pétrole dans la Caraïbe insulaire. La diminution jusqu’à 10 % du secteur de l’énergie en 2016, entraînant l’effondrement des prix et des pertes d’emplois, a eu comme effet un manque à gagner considérable au niveau de l’assiette fiscale. « L’augmentation de la production de gaz grâce au forage de nouveaux puits et à la hausse progressive des prix du pétrole » devait favoriser une croissance de 0,3 % en 2017.

Trinidad and Tobago possède une économie très sophistiquée pour un pays de si petite taille, et son activité économique repose sur l’extraction minière, l’agriculture, l’industrie, le tourisme et les services, mais elle est soutenue par une seule marchandise : le pétrole. Ainsi, la diversification de l’économie reste le principal défi auquel le pays devra faire face dans les prochaines années. « D’autres facteurs, dont la faible productivité du travail, la bureaucratie gouvernementale inefficace et la corruption ont entravé le développement économique », constate le site expert-comptable-international.info

Haïti figure parmi les pays caribéens qui attendent une croissance en hausse en 2018. Après une régression de 1,4 % en 2016 à 0,5 % en 2017, Haïti verra sa croissance économique passée à 2 % en 2018, selon la Banque Mondiale. Ces prévisions sont fondées sur les derniers efforts des autorités pour réhabiliter des infrastructures agricoles et favoriser la relance de la production dans ce secteur. Mais, est-ce bien suffisant pour réduire la pauvreté de la population ?

Guamacice Delice