Joseph Lambert

46

 


Depuis le 9 janvier 2018, Joseph Lambert est devenu le ‘’deuxième personnage politique le plus important du pays’’. 
Pour avoir déjà occupé le fauteuil présidentiel du Sénat, ce politicien racé n’est pas frappé d’hybris. 

 

 

’’Le fond de ma pensée demeure le juste équilibre centriste qui me donne à concilier les pluralités de vue et de vision et à chercher la République comme dénominateur commun de tous les positionnements politiques dans la dynamique sociale’’. Pour l’observateur avisé qui n’a pas perdu de vue les événements politiques de ces vingt dernières années, cette citation résume sans contredit Joseph Lambert. Fort heureusement, ce dernier en est l’auteur ! Tout au long de son parcours politique, du moins depuis que son opinion est devenue politiquement indispensable, cet homme né à Jacmel le 5 février 1961, a toujours fait preuve d’un parfait équilibre dont seuls sont capables les « grands esprits ».

Nulle part dans son lexique politique on ne trouvera les mots ‘’extrémisme’’, ‘’radicalisme’’, ou ‘’farouche opposant’’. L’animal politique qu’il est ne se laisse jamais, de toute évidence, guider par son instinct de politicien. Loin de là ! Face aux lieux communs faisant du Parlementaire haïtien un homme de ‘’petite ou de moyenne intelligence’’, Joseph Lambert fait figure de génie. Cet homme qui aura laissé sans doute une marque profonde à l’histoire du Parlement haïtien est licencié en Administration, Agronome détenteur d’une Maîtrise en développement agricole et Juriste de formation.

Le goût du pouvoir
Joseph Lambert croit dur comme fer qu’il est né pour servir la République. Personne ne peut dire le contraire. Mais, ajoutons que quoique « né pour », ce qui laisse transparaître une main providentielle derrière chacune de ses actions, le natif du Sud-est a fait, tout au long de sa carrière, des choix existentiels, des choix libres qui s’identifient souvent à sa destinée. En effet, si le fils du marin-pêcheur, Pierre Lambert, est aujourd’hui une grosse cylindrée sur la scène politique, c’est moins par chance que par tactique. Membre de l’Assemblée de Section Communale de Bas-Cap Rouge (ASEC) et Président du conseil départemental du Sud-est entre 1997 et 1998, Joseph Lambert a été sept ans auparavant député de la 45ème Législature (1990-1994). Sous la bannière de la Plateforme politique « LESPWA«  de feu René Préval, il a été élu sénateur (2006-2012). N’a-t-il pas dit être né pour servir son pays ? En tout cas, arrivé en fin de mandat, Joseph Lambert allait devenir celui dont la bouche a mille fois chuchoté des « conseils spéciaux » à l’oreille de Michel Martelly, Président de la République à l’époque. Fin tacticien, le conseiller spécial est resté aux côtés du ‘’chef Tèt Kalé’’ jusqu’à la fin de son mandat en février 2016. Joseph Lambert et Michel Martelly au Palais national, une lune de miel quasi contre-nature qui avait étonné plus d’un puisque le premier avait vu dans le second devenu Président, novice et arrogant : ‘’un éléphant dans un magasin de faïence’’. Élu numéro un du Sénat de la République le 9 janvier 2018, ‘’Joe’’ n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il avait déjà occupé ce prestigieux siège parlementaire de 2006 à 2008.

Premier entre ses pairs
Tant dans ses prises de position que dans son silence profondément cogité, lors des débats sulfureux au Parlement, Joseph Lambert incarne le « Chef ’’. Homme de consensus, l’actuel Président de l’Assemblée nationale, par son charisme, inspire confiance à tous ses collègues. D’ailleurs, n’a-t-il pas lui-même dit que : « la confiance est comme ce levain moral qui fait grandir et lever les rapports politiques vers la décence, le respect des valeurs, la volonté de dialogue...’’

GeorGes E. Allen