Haïti commémorait, mardi 17 octobre, les 211 ans de la disparition de l’Empereur Jean- Jacques Dessalines. Le 17 octobre 1806, le père de la patrie fut lâchement assassiné par des hommes qui voulaient détruire à jamais son idéal, son rêve de bâtir une nation haïtienne unie et forte. Les colons qu’il a combattus et vaincus ont beau tenter d’effacer sa mémoire dans les annales de l’histoire, celui qui a laissé ses empreintes indélébiles dans la fondation même de la première République noire indépendante du monde, reste bien vivant dans le cœur des Haïtiens. En effet, 211 ans après sa mort, on revoit toujours cet intrépide général qui n’a pas eu peur d’affronter la plus puissante armée de l’époque, celle de Napoléon Bonaparte ; on revoit cet infatigable combattant sur son cheval criant de toutes ses forces « la liberté ou la mort ». Une statue reproduit fidèlement cet instant de grande bravoure et attire les jeunes qui voient en Jean-Jacques Dessalines un modèle à suivre.
Cossy Roosevelt