Jean Conille

2436
Photo by Timothé Jackson / Challenges

Jean Conille investit le marché local grâce à des initiatives innovantes. Il incarne le prototype de l’homme d’affaires qui, au-delà de la réussite de ses entreprises, vise aussi le développement de toute une communauté.

Frère de l’ex-Premier ministre haïtien Garry Conille, et né à Port-au-Prince le 11 août 1967, Jean Conille, après des études classiques en Haïti, découvre l’entreprenariat à travers la gestion d’une pharmacie familiale. Il poursuit ses études au Canada et s’oriente vers la gestion des entreprises. Jean Conille obtient par correspondance une licence en Communication du Centre haïtien de formation des journalistes et un doctorat en Finances au Canada.
Jean Conille est l’un des investisseurs haïtiens les plus performants en Haïti et à l’étranger. Ses entreprises sont établies aux États-Unis, au Canada et en République dominicaine. Il s’est tourné vers les énergies renouvelables depuis le séisme du 12 janvier 2010. « Cette tragédie a été révélatrice de l’extrême vulnérabilité du pays et j’ai décidé de revenir en Haïti pour aider à l’effort de reconstruction, témoigne Jean Conille qui décide alors de s’engager dans la protection de l’environnement. Quand on songe qu’il reste moins de 2 % de couverture forestière au pays, je me suis d’abord porté vers des investissements contre la déforestation. »

L’après 2010

Avec l’un de ses associés, Ralph Henri Baron, Jean Conille fonde en 2010 Gazel « avec l’objectif de faire venir en Haïti un gaz propane à bon marché afin de diminuer progressivement l’utilisation du charbon de bois. J’ai réalisé qu’à n’importe quel moment, un cyclone ou une tempête de force dévastatrice pouvaient détruire à nouveau des milliers de vies », raconte-t-il. Cinq ans après le lancement de Gazel, l’investisseur s’associe à la création d’Autogaz, une nouvelle entreprise spécialisée  dans la vente et la distribution de gaz propane destiné au marché automobile. Jean Conille décide d’investir plus de 4 millions de dollars US. L’objectif vise à réduire les coûts du transport en commun tout en œuvrant à protéger l’environnement contre la pollution engendrée par la consommation d’essence et de diesel.
L’entreprise, qui a ouvert sa première station de distribution en octobre 2015, entend devenir une chaîne de station de vente de gaz propane, ce qui constituerait une première en Haïti. Hormis la distribution, il fallait aussi songer à l’installation de réservoir de propane sur les véhicules : « C’était toute la difficulté du projet. Nous voulions rendre accessible le propane en Haïti mais, pour encourager les conducteurs à avoir recours à ce combustible, nous devions disposer d’un kit leur permettant de l’utiliser. » Son partenaire italien, Lovato, l’une des plus anciennes compagnies de fabrication de kit de propane dans le monde, intègre le marché haïtien avec la mise en service de près de 10 000 kits. « A notre invitation en 2015, ils ont accepté de venir en Haïti pour rencontrer les acteurs sur le terrain : ils ont tout de suite compris qu’il y avait définitivement là un marché porteur de revenus et de bienfaits communautaires » raconte l’homme d’affaires. Afin de s’assurer que tous les kits sont bien installés et répondent aux règles et standards internationaux, Lovato se charge aussi de la formation de professionnels haïtiens dans ce domaine ; une quinzaine de techniciens haïtiens ont ainsi déjà été formés. Ce sont donc de véritables professionnels qui se chargent de l’installation des kits ; un suivi régulier est effectué pour chaque véhicule afin de s’assurer que le véhicule est maintenu dans de bonnes conditions.

15 stations de distribution de propane

Aujourd’hui Autogaz propose l’utilisation d’un propane pour automobile aux chauffeurs de transport public que ce soit à Delmas ou encore à Tabarre et ce en diminuant de moitié le coût réservé aux combustibles. L’entreprise de Jean Conille entend poursuivre cette expérience dans d’autres villes de province, le projet étant d’ouvrir 15 stations à travers tout le pays en 2016. Finaliste du concours Digicel Entrepreneur, Jean Conille parle d’une renaissance : « A partir du 1er janvier 2016, nous prenons l’engagement de poursuivre la nouvelle révolution industrielle comme lors de la proclamation de l’indépendance le 1er janvier 1804, en changeant en profondeur le comportement et la mentalité. C’est l’unique moyen d’atteindre la croissance. » 

Adyjeangardy