Haïti n’a pas les resorts et les infrastructures touristiques des destinations championnes du tourisme mais suscite une grande curiosité et bien des questions pour les étrangers. Une véritable opportunité pour le tourisme d’aventure qui a pour ambition de répondre aux attentes d’un voyageur avide de découvrir la nature, la culture, l’histoire et de vivre une véritable expérience humaine.
Par Stéphanie Renauld Armand

Le petit groupe de randonneurs s’est levé à l’aube après une nuit dans une coopérative caféière. De bon matin, ils croisent les marchandes en route pour le marché, les bourriques chargées de légumes, les écoliers qui vont à l’école. A leurs « Bonjour » répondent les « Pa pi mal » et de grands sourires. Après quelques heures de marche, traversant des zones arides et d’autres luxuriantes, passant dans des rivières ou sur d’étroits chemins, longeant des champs de café ou de cacao, croisant les paysans au travail, ils aborderont la plus grande forteresse de la Caraïbe et son histoire. Ce petit groupe est venu découvrir Haïti et ses trésors avec Terres d’Aventure, un spécialiste du tourisme d’aventure français. En Haïti, le groupe est accueilli par Tour Haïti, un réceptif fondé en 2005 par Lionel et Jean Cyril Pressoir, le père et le fils. Depuis onze ans, Tour Haïti est en effet le spécialiste de l’accueil de petits groupes qui viennent chercher quelque chose de particulier : une aventure humaine, culturelle, touristique…

« Ensemble d’activités et d’expériences qui comportent du risque, de la nouveauté et auxquelles on accorde une valeur humaine. » L’aventure ainsi définie par le dictionnaire, il nous reste à savoir si tous ces ingrédients qualifient aussi le tourisme d’aventure. « Je préfère parler de voyage d’aventure et de voyageurs d’aventure plutôt que de touristes. Car ce qui caractérise ceux qui s’intéressent à notre pays, c’est l’envie de le découvrir, pas seulement de le contempler, explique Jean Cyril Pressoir, pionnier du tourisme d’aventure en Haïti. En fait nous faisions du tourisme d’aventure sans le savoir. J’aime la randonnée, j’en fais dans mon temps libre. C’est en marchant qu’on voit le plus de choses, on sent le pays, on le goûte et on l’écoute, on est plus proche de ses ambiances, ses vibrations. » Et c’est en accueillant des groupes qui étaient prêts à s’aventurer en Haïti pour découvrir le pays que Tour Haïti a démarré ce qui deviendra le tourisme d’aventure avec par exemple des groupes de yoga ou encore des philanthropes qui veulent en savoir plus du pays où ils financent des projets.

 LE PAYS REGORGE de lieux magiques pour qui prendra la peine de s’y aventurer.

LE PAYS REGORGE
de lieux magiques pour qui prendra la peine de s’y aventurer.

Dix groupes programmés en 2016
Lorsque G Adventures les contacte en 2013, Tour Haïti ne les connaît pas. Ce spécialiste de la découverte du monde en petits groupes souhaite mettre Haïti sur son catalogue et cherche une entreprise qui lui ressemble. Les deux partagent la même philosophie à une échelle différente bien sûr. « Ils sont très gros, nous sommes tout petits », explique Jean Cyril. Premier voyage de familiarisation en 2014, suivi d’un voyage de presse, et les premiers clients arrivent au début de 2015. Cette très grosse compagnie canadienne, qui fonctionne sur un marché global, avec notamment une clientèle australienne, envoie donc en Haïti des groupes dont les clients sont principalement urbains, viennent en majorité des métropoles d’Amérique du Nord et sont plutôt des femmes. En 2016, ce sont dix groupes qui sont programmés sur des circuits qui permettent d’aller au contact du pays avec le moins de filtres possible. « Accompagner un groupe qui vient découvrir Haïti, c’est partager une sensibilité, raconte Jean Cyril Pressoir. C’est donc très personnel : je vais appréhender une destination d’une certaine façon, un autre accompagnateur va faire autrement. L’important c’est, d’une part, notre expertise qui garantit la sécurité du groupe, mais surtout d’avoir la passion du pays pour la partager. Quand je forme un accompagnateur, j’évoque aussi sa marge de manœuvre. Car ce qui moi me passionne, ne passionne pas forcément quelqu’un d’autre. Chacun doit se servir de ce qui le marque pour le partager avec le groupe. »

Partager une expérience humaine 
Le rôle du réceptif, c’est donc à la fois de tailler un voyage d’aventure sur-mesure, en fonction des groupes, mais aussi de partager une émotion et une expérience humaine. Cette découverte résulte de la combinaison de plusieurs éléments : randonnée, excursion, rencontre, plage. Selon les demandes, le réceptif organise l’aventure différemment. Cela va d’une découverte en une semaine où le groupe visite Port-au-Prince, Cap-Haïtien et Jacmel à un tour exclusivement du Nord, avec randonnées, histoire, culture et plages. Les uns voient le pays géographiquement à travers les bâtiments historiques, les marchés, la ville et la campagne, les plages nord et sud. Les autres ont une approche en dehors des sentiers battus. Mais l’approche est la même : aller là où va tout le monde mais différemment. Et bien sûr prendre en compte l’aspect responsable et durable.

 AU FIL DES ANDONNÉES, il est possible de découvrir un pays riche d’histoire. Photographie par Roxane Ledan.
AU FIL DES ANDONNÉES, il est possible de découvrir un pays riche d’histoire. Photographie par Roxane Ledan.

Les français Terres d’aventure et Voyageurs du Monde (voyages privés sur-mesure) s’intéressent désormais à Haïti où ils envoient leurs premiers groupes, dans le sillage du géant canadien G Adventures. Et c’est exactement ce que notre pays peut offrir aujourd’hui : une expérience différente et authentique, une aventure qui correspond à ce que veut ce public-là, et qui satisfait en tout point ses attentes. Tour Haïti l’a bien compris, en étant sur ce créneau pour accueillir quelques centaines d’« aventuriers » chaque année.


L’AVIS DE Jean Cyril Pressoir

 Jean Cyril Pressoir, Fondateur de Tour Haïti. Photographie par Ralph T. Joseph.
Jean Cyril Pressoir, Fondateur de Tour Haïti. Photographie par Ralph T. Joseph.

« IL FAUT ÊTRE UN PEU AVENTURIER POUR AIMER HAÏTI »

« Il faut être un peu aventurier pour aimer Haïti. Donc il vaut mieux mettre en garde les non-aventuriers, plutôt que d’avoir des “touristes” pas contents. Il vaut mieux que les personnes soient bien averties et éviter à tout prix de vendre ce qu’il n’y a pas. Donc oui je pense que le tourisme en Haïti doit être du tourisme d’aventure. Et que notre expertise locale sert aussi à calmer les aventuriers trop… aventureux. Un touriste satisfait rapporte cinq nouveaux touristes, alors qu’un seul client insatisfait peut en faire perdre 100. Notre grande fierté, c’est que Tour Haïti soit une fabrique d’ambassadeurs pour Haïti. »


Haïti vue par G Adventures

G Adventures est une compagnie canadienne lancée en 1990 par Bruce Poon Tip, un pionnier qui souhaitait partager avec d’autres voyageurs des expériences authentiques de la manière la plus responsable. Vingt-cinq ans plus tard, c’est la plus grosse compagnie de tourisme à offrir l’aventure en petits groupes partout dans le monde. Le concept : faire découvrir de la façon la plus pertinente et personnelle la planète, en ayant un impact positif sur les communautés rencontrées. Déjà plus de 100 000 voyageurs ont choisi G Adventure pour partir à l’aventure. Et tout naturellement, c’est cette compagnie qui s’est intéressée la première à Haïti : « un lieu où le touriste ne va pas, mais qui nourrira le vrai voyageur », annonce le site du tour-opérateur. En quelques photos et texte, G Adventures vend aux amateurs un pays riche en sites naturels, histoire, culture et expériences humaines. « Visiter Haïti fut comme d’être invité à découvrir un secret, une terre inconnue pleine de trésors cachés. C’était juste tellement différent », témoigne ainsi un voyageur sur le site.