Depuis bien longtemps en Haïti, les 1er et 2 novembre sont consacrés aux «GÉDÉ», ou plutôt aux esprits qui ont le pouvoir de conduire ou de diriger de façon perpétuelle les âmes des morts dans leur nouvelle demeure. Ces esprits, appelés « psychopompes » en mythologie, utilisent les corps des vivants, en tout cas de certains adeptes du vaudou, ou ceux de chrétiens catholiques, pour se manifester bruyamment. Dans les cimetières et dans les péristyles (temples sacrés des vaudouisants), les GÉDÉ sont servis à flot : bouteilles de tafia et de piment ; nourriture variée, musique, trivialités extrêmes… Tout se fait au goût de Papa Gédé, de Brave Gédé, Gédé Plumage, Baron Samedi, Baron Criminel… Selon une certaine croyance, ils sont les seuls à vous permettre de communiquer avec vos morts, et plus particulièrement le 2 novembre, jour de la Toussaint (une fête chrétienne). C’est l’occasion aussi pour beaucoup de rendre visite aux morts et de leur demander des faveurs.

Cossy Roosevelt
Photographie  par  Georges H. Rouzier