Fritz-Alphonse Jean

288
Photo par Timothé Jackson

Nommé Premier ministre par le président provisoire Jocelerme Privert le 26 février, l’économiste Fritz-Alphonse Jean est depuis sous le feu des projecteurs. Qui est cet homme, professionnel de l’économie, en qui le chef d’Etat place toute sa confiance ? 

Né au Cap-Haïtien, Fritz-Alphonse Jean a fait des études aux Etats-Unis, entre 1981 et 1987, en Mathématiques et en Sciences économiques à l’université Fordham (New York) et détient une maîtrise en économie de l’université de Long Island ainsi qu’une spécialisation en monnaie, banque et commerce international. De retour au pays, Fritz Jean entame une longue carrière dans le secteur public. Il intègre tout d’abord l’Université d’Etat d’Haïti comme professeur et comme consultant économique. Il sera nommé par la suite vice-gouverneur de la Banque de la République d’Haïti en 1996 puis, deux ans plus tard, gouverneur, poste qu’il occupera jusqu’en 2001. A l’expiration de son deuxième mandat à la BRH, il va prêter ses services à l’Université Notre Dame d’Haïti comme Doyen de la Faculté des Sciences économiques et politiques. Entre 2013 et 2015, Fritz Jean signe plusieurs contrats de consultants : avec le ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR) comme conseiller sur le projet de mise en place de la Banque nationale de Développement agricole (BNDA) ; IICA pour l’élaboration d’un cadre de politique de financement et d’assurances agricoles ; CIAT/American Institute of Architects comme économiste attaché au projet de planification régionale (Nord) ; CEPAC (Centre de promotion d’action citoyenne) pour l’encadrement des entreprises et gouvernements locaux dans la structuration d’activités créatrices de richesses. Avant d’être nommé Premier ministre, Fritz Jean occupait le poste de président de la Chambre de commerce et d’industrie du Nord-Est.

Ce professionnel a à son actif plusieurs études sur l’économie haïtienne et son ouvrage Haïti : la fin d’une histoire économique, publié en 2014, restera dans les annales. Il produit fréquemment des dossiers pour des organisations de la société civile dont le plus récent présentait l’état des lieux des finances publiques (décembre 2014). L’on notera aussi les nombreux articles publiés sur l’économie haïtienne dans les journaux du pays et ses multiples interventions dans des émissions radiophoniques à caractère économique. Fritz Jean compte aujourd’hui plus de vingt ans d’expérience dans les secteurs public et privé haïtiens aussi bien que dans les institutions internationales. Les institutions de l’Etat, les associations professionnelles et les organismes de la société civile bénéficient de son expertise. Comme économiste consultant, il a contribué aux travaux de plusieurs commissions sur l’ingénierie financière pour la mise en place de fonds d’investissement, de travaux d’incubation de petites et moyennes entreprises, de définitions des missions des villes dans l’axe Cap-Haïtien/Ouanaminthe en regard du développement local.

En tant qu’ancien président de la Chambre de commerce et d’industrie du Nord-Est, Fritz Jean peut se vanter d’avoir une bonne connaissance des problèmes frontaliers, d’autant qu’il a travaillé avec la Chambre de commerce du Nord sur la mise en place d’un protocole de partenariat avec les Chambres de commerce de Dajabon et de Santiago. L’expert peut en dire long sur le développement régional pour avoir présenté plusieurs conférences sur cette thématique en mettant l’accent sur la bande frontalière qui héberge près de 800 000 habitants en pensant au problème crucial de l’exclusion sociale. En ce sens, il plaide pour « une économie plus inclusive, avec une force de travail mieux armée techniquement et financièrement ». Mais, soutient l’économiste, il faut œuvrer dans le sens de la « modernité » pour pouvoir relever les défis d’aujourd’hui.

Mais son arc possède bien d’autres cordes que ses compétences en économie et en mathématiques. Lors de son discours d’investiture, l’homme s’est présenté comme quelqu’un qui a la capacité de rassembler tous les Haïtiens autour d’un seul projet : Haïti. En parlant en ces termes, Fritz Jean démontre qu’il maîtrise aussi la portée politique de son tout nouveau poste. Réussira-t-il aussi dans ce domaine ?

Cossy Roosevelt