Dieudonne Luma Étienne

380


Elle est la seule femme parmi les vingt-neuf élus que compte le sénat de la République. Pourtant, elle n’est pas perdue dans la foule. Première secrétaire du bureau du grand corps, elle a une voix. Battante invétérée, Dieudonne Luma 
Étienne rêve de voir plus de femmes aux commandes, politiquement !

Cette femme qui rêve toujours de plus en plus grand vient du Grand Nord. En effet, Dieudonne Luma Étienne est née à Sainte Suzanne le 26 octobre 1972. Attachée à son terroir natal, elle a fait ses études classiques et études universitaires dans la troisième du pays. D’abord, pour sa préscolaire, elle a été admise chez Man Max. Puis, Dieudonne a intégré la Congrégation des Filles de Marie où elle a bouclé ses études primaires. Enfin, elle a fréquenté respectivement Saint-Joseph de Cluny et le Nouveau Collège du Nord pour ses études secondaires. Dotée du dynamisme incurable, Dieudonne Luma a toujours su affirmer sa singularité, se distinguer dans les mouvements de jeunesse.

Fervente petite catholique, elle était largement impliquée dans toutes les activités de la paroisse de Notre-Dame du Cap-Haïtien où elle a été enfant de chœur. Mais, cette femme libre et épanouie qui abhorre la stagnation allait, quelques années plus tard, abdiquer sa foi catholique pour se convertir au protestantisme. L’actuelle sénatrice de la 50ème législature est loin, très loin du modèle de parlementaire haïtien souvent présenté comme un militant qui n’a que son militantisme comme diplôme universitaire. Loin s’en faut ! Dieudonne Luma Étienne a une solide formation multidisciplinaire. Elle a étudié les sciences administratives à l’Université Notre-Dame d’Haïti Nord (UNDH) ; les sciences juridiques à l’Institut Universitaire des Sciences Juridiques, Économiques et de Développement Régionale (INUJED) ; le Ticketing et le Tourisme à l’Université Roi Henry Christophe (URHC) ; la Communication sociale et animation au Centre de Formation en Communication (COMPRATEL). Pour couronner le tout, Dieudonne, grâce à une bourse que lui a octroyée l’Ambassade de France en 2012, a suivi une formation en finance et en économie de la culture à Paris-Dauphine. Le siège que Dieudonne Luma Étienne occupe au grand corps aujourd’hui n’est pas son « tout premier job », comme c’est le cas pour de nombreux élus. De 2007 à 2009, elle a été Directrice exécutive de l’Association touristique d’Haïti dans le Nord (ATH-Nord) avant d’être promue au poste de Vice-présidente de novembre 2009 à décembre 2011. D’octobre 2008 à juin 2009, Dieudonne a été consultante au Ministère du Commerce et de l’Industrie où elle a effectué une étude sur l’évolution des produits stratégiques dans le domaine commercial et industriel. Durant cette même période, elle a été directrice de projet au Programme de renforcement intégré du milieu des affaires (PRIMA/UE). Femme multitâche, Dieudonne Luma Étienne ne se plaint jamais même quand elle se retrouve au four et au moulin. Alors qu’elle répondait sans ambages à ses responsabilités à l’ATH, ceci ne l’empêchait nullement de travailler comme Coordonatrice régionale du projet USAID/MarChE (Market Chain and Enhancement project) entre juin 2009 et mai 2010.  D’octobre 2010  à décembre 2011, elle a été directrice régionale au Ministère du Commerce et de l’Industrie dans le Nord. Puis directrice régionale au Ministère du Tourisme entre 2011 et 2015.  Entrepreneure-née, femme d’affaires notoire et remarquable, Dieudonne Luma Étienne a fondé en mars 2011 le FemEnNord, une association de Femmes Entrepreneures. Depuis l’an 2000, elle est copropriétaire et Directrice de Voyages Plus Cap. Un long et intéressant parcours pour celle qui ne fut qu’un simple petit agent de comptoir en 1994.

Une femme, un combat…

Élue sénatrice aux élections de 2015-2016, sous la même bannière que le président, PHTK, Dieudonne Luma Étienne n’est pas dupe. Elle a conscience que la politique en Haïti est un espace  « mangeur d’hommes ».
Mais naturellement bâtie d’une force de caractère et d’une attitude de battante impénitente, cette mère d’une fille unique veut marquer son passage au sénat de la République tant par des propositions de loi que par ses prises de position, surtout en faveur des femmes. Elle semble être sur la voie, puisqu’elle est déjà comptée parmi les membres du bureau du grand corps. « Un complot positif » pour occasionner l’intégration à plus grande échelle des femmes dans la politique, voilà tout le rêve de celle qui est seule parmi les 29 au Sénat. l

GeorGes E. Allen