Desglaireaux : une richesse coloniale à découvrir

177
Photographies par Ralph Thomassaint Joseph / Challenges

Quand on parle du Nord en termes de région à hautes potentialités touristiques, la Citadelle Laferrière, le Palais Sans Souci, le Palais aux 365 portes et Labadee sont généralement mis en avant. C’est oublier l’Habitation Desglaireaux, au Quartier Morin, un site naturel abritant de grandes richesses coloniales.

Partant de la Cathédrale du Cap-Haïtien, le déplacement en voiture vers l’Habitation Desglaireaux ne prend que dix minutes seulement. Pour une première visite, il est préférable de se faire accompagner par quelqu’un qui connaisse sur le bout des doigts les richesses de cet espace naturel d’une quarantaine d’hectares totalement boisé et composé d’arbres fruitiers et forestiers dont le plus imposant est le Saman aujourd’hui bicentenaire, selon Smith Mondésir, le gardien de ce beau site. A 62 ans, il a suffisamment d’énergie pour veiller sur les vestiges coloniaux de l’Habitation Desglaireaux tels la plateforme de la maison des maîtres, la galerie de chargement des fours, la grande cheminée, les puits, l’abreuvoir, le moulin ou encore la tombe du général Bottex, petit-fils d’un général français, décédé le 22 mai 1892. « Son caveau est resté intact, 124 ans après… », se réjouit l’entrepreneur haïtien Daniel Zéphir estimant nécessaire d’inspecter régulièrement ce patrimoine qui reçoit la visite de touristes français, américains, italiens ou suisses.