Aussi paradoxal que cela puisse paraître, Haïti est un État riche à tout point de vue : son climat très agréable, ses plages sublimes, les chaînes de montagnes qui le protègent, ses ressources minières et ses lacs artificiels peuplés de poissons… Pourtant, nous sommes régulièrement taxés de « pays le plus pauvre », en rapport à notre production nationale quasi insignifiante. De fait, plus de 60 % des denrées alimentaires sont importées de l’étranger à hauteur de plusieurs centaines de millions de dollars, fragilisant ainsi l’économie haïtienne.

Avec moins de deux dollars par jour, la grande majorité des Haïtiens est condamnée à végéter. Il faudrait faire l’inventaire de toutes les richesses du pays et les mettre en condition d’exploitation au bénéfice de tous. Par exemple, les pêcheurs qui ont comme seule source d’activité le Lac Azueï (la photo du mois) devraient pouvoir bénéficier du support de l’État en matière d’équipements. Plus de poissons pêchés, plus de rentrées pour résoudre les problèmes économiques. 

Cossy Roosevelt
Photographie par Georges H. Rouzier