Daniella Jacques

326


Elle est née femme. Par expériences vécues, elle est devenue femme dix fois plus. Présidente de la Chambre de Commerce des Femmes Entrepreneures, elle est le prototype de courage dont 
fait preuve l’Haïtienne en quête sempiternelle de sa place dans ce pays aux portes fermées. 

Pour cette native de Port-au-Prince, on dirait que ‘’la vie serait une erreur’’ si elle n’était pas née femme, ce mercredi 12 mai 1982. Aucune exagération ! Il suffit de la voir agir, de l’entendre parler de ses rêves, ses utopies, ses illusions, pour conclure que Daniella aime et vit pleinement, sans brides, sa condition féminine.  Élevée dans un quartier populaire de la Capitale, elle a connu des jours amers, sucrés et aigre-doux au sein d’une famille modeste de quatre enfants, à cheval sur les préceptes chrétiens. De sa mère qu’elle accompagnait souvent au Marché en fer chaque week-end durant sa prime jeunesse, elle a hérité le sens de l’action personnelle qui désentrave l’être humain du parasitisme et de la dépendance. 

Chose apprise, chose bien transmise !  En effet, depuis mars 2016, Daniella Jacques est la présidente de la Chambre de Commerce des Femmes Entrepreneures d’Haïti (CCFEH), une structure par elle-même fondée en juin 2015 dont l’une des missions consiste à contribuer à l’autonomisation des femmes haïtiennes. Détermination, Discipline et Persévérance, sont les valeurs qui sous-tendent, en tout et partout, chaque action  que pose cette femme pour qui éthique et esthétique sont l’avers et le revers d’une même médaille.    

Tête pleine, bien faite…
Dans cette Haïti où prédominent encore, au XXIème siècle, les pensées sexistes et les mœurs phallocratiques,  » Dan Jac  » ne se laisse jamais faire. Intellectuellement et culturellement, elle est bien armée pour prendre à César ce qui lui revient de droit, le respect que confère le Savoir. Dotée d’un esprit critique dont l’acuité s’est fait sentir partout, Daniella est détentrice d’une licence en Sciences Politiques et Relations Internationales de l’UNDH. En 2005, elle a décroché un diplôme en Relations humaines à l’Académie  de Formation et Perfectionnement des Cadres, puis un autre, équivalent d’une maîtrise, de formation en gestion, communication et résolution de conflits (2007). Récemment, elle a obtenu un Master en Administration et Politique Électorale à l’Université SANT’ANNA d’Italie. Il y a également les certificats acquis dans le cadre des formations professionnelles continues. Pour cette trentenaire, les titres ne sont pas seulement, comme le pensait Anténor Firmin, une simple présomption de connaissance. Bien au contraire ! Ce que Daniella Jacques sait, elle le prouve encore et l’avait déjà plus d’une fois prouvé un peu partout. 2007-2008, Assistante administrative au projet Sécurité communautaire du PNUD ; 2008-2009, agent de liaison avec les ONG féminines locales et internationales pour l’UNIFEM.  Plus encore, durant six années, soit entre 2009 et 2015, elle a été consultante au Conseil Électoral Provisoire (CEP). Sans compter ses expériences au Ministère du Commerce et de l’Industrie comme chargée de projets, ou à l’UCLBP en tant que coordonnatrice…

L’art d’entreprendre…
« Dan Jac » au repos semble se fatiguer plus qu’en activité. Personne mieux qu’elle ne combine aussi bien salariat et entrepreneuriat. Présidente-Directrice-Générale de Dofen Group, une entreprise de fabrication de chaussures haut de gamme, Cofondatrice et responsable des relations publiques de Mapou Investment Group, Directrice des opérations de Politico Tech Consulting, Cofondatrice de l’Association Haïtienne des Consultants Politiques Haïtiens (AHCP), Fondatrice de l’organisation communautaire, Agir Aujourd’hui pour Demain (AGIR-AD)…, son message est clair : « j’entreprends, donc j’existe« .

Georges E. Allen