Cocoyer Beach : une perle rare

284
Photo by Cossy Roosevelt / Challenges

A PIED, la découverte de Cocoyer Beach se mérite après une longue marche sur des pentes escarpées.

Quand certains choisissent la voie maritime, pour d’autres, en passant par Trou Chouchou (3e section communale de Petit-Goâve), 90 minutes de marche s’imposent sur des pentes escarpées et rocailleuses, en traversant une végétation encore sauvage, pour découvrir une perle rare : Cocoyer Beach.

C
ocoyer Beach s’étend sur plusieurs kilomètres d’un sable blanc d’une pureté extraordinaire sur lequel des baigneurs (grands et petits) marchent comme sur du satin, alors que d’autres exposent leur corps au soleil et aux petites vagues tièdes qui viennent terminer leur course sur ce littoral magique. Le journaliste Wilson Saint-Juste, qui a déjà exploré nombre des sites touristiques du pays, avoue que « ce plaisir est exquis et on ne le trouve nulle part ailleurs ». Il ne se passe pas une semaine sans que des embarcations motorisées ne viennent jeter l’ancre et que de petits groupes de touristes étrangers passionnés de la nature débarquent sur la plage, rapporte Nicole Lumaine, responsable de l’Association des femmes pour l’avancement de Cocoyer Beach (OFAC). « Les quelques visiteurs prennent surtout plaisir à déguster des plats de fruits de mer préparés à partir de recettes créoles précieusement sauvegardées depuis plus d’un siècle », révèle Nicole qui passe la majeure partie de son temps à veiller au bonheur de tout un chacun. Faisant aussi partie du Comité de gestion de la plage, elle participe grandement à l’assainissement des lieux.