Christine Souffrant Ntim

54
KARL PIERRE
KARL PIERRE

C’est elle qui a eu l’idée d’organiser le premier Haïti Tech Summit en juin dernier à Decameron, en dépit du scepticisme local. Christine Souffrant Ntim, Haïtiano-américaine, trentenaire dynamique, qui vit entre Dubaï et New York, est mariée à un Africain et parcourt le monde pour ses conférences…mais elle n’a pas oublié le petit pays de
ses racines !

Christine Souffrant Ntim est née à New York mais a passé une partie de son enfance à Port-au-Prince, avant de repartir aux États Unis à l’âge de 9 ans. Après ses études en anglais et en politique à Darmouth College, cette jeune entrepreneure devient experte en écosystème de start-up pour les marchés émergents. C’est ainsi qu’elle est sélectionnée parmi les 30 Under 30 de Forbes, les 40 Under 40 de AdAge, puis fait partie de la liste Haïti Changemakers 1804. Elle fait aussi l’objet d’articles dans les pages de Singularity NASA, Entrepreneur Magazine, Huffington Post, Inc Magazine… Bref, si elle semble bien plus connue à l’étranger que dans le pays de ses racines, cela risque de changer… avec cet article et les Haïti Tech Summit qu’elle compte bien organiser après son premier succès.

Construire son nom et son image

Aujourd’hui, Christine est choisie pour intervenir aux quatre coins du monde sur des sujets comme « L’esprit d’entreprise numérique », le « piratage des start-up », « la technologie exponentielle de l’Intelligence Artificielle » ou encore le « name branding ». Elle intervient dans plus de 20 conférences par an, notamment au Département d’État américain, aux Nations Unies, au Forum de l’Union européenne, etc.

Entrepreneure prometteuse, elle démarre sa carrière avec la création de Vendedy, un réseau social permettant de relier les utilisateurs aux marchés de rue et aux marchés publics. Cette application novatrice est immédiatement présentée dans les pages de dizaines de magazines dont Forbes, Entrepreneur Magazine, Huffington Post, et de célèbres organisations internationales comme le Clinton Global Initiative, Chivas Venture Million Dollar Prize ou Forbes Million Dollar Prize Top 40. Ses efforts pour numériser une économie de marché représentant 10 000 milliards de dollars américains en centralisant les 200 000 marchés de rue dans le monde ont également été présentés dans les réseaux d’anciens élèves de grandes universités.

Le défi du Haïti Tech Summit

Aujourd’hui, Christine est une conférencière recherchée, une entrepreneure « en série » doublée d’une « globe-trotteuse », qui construit des écosystèmes de start-up dans les marchés émergents. Elle est directrice de Startup Grind Dubaï qui bénéficie du support de « Google for Entrepreneurs », et elle est partenaire chez GlobalStartupEcosystem.com qui héberge le plus grand programme d’accélération digital en ligne dans le monde .

Autant dire que c’est une professionnelle experte dans le domaine qui s’est lancée dans l’initiative du premier Tech Summit en Haïti. Si elle avoue avoir été frappée par le scepticisme local lorsqu’elle est venue le présenter, elle se dit heureuse d’avoir pu relever et réussir ce challenge avec une équipe très féminine. « L’approche sur Haïti a déjà changé, » explique-t-elle, en évoquant aussi ce que l’expérience leur a appris : encourager plus tôt la communauté locale à s’engager. Les résultats sont déjà palpables, confie-t-elle, « nous organisons une série d’événements et d’ateliers de partenariat pour construire un écosystème de startup ». Si côté haïtien, l’approche sur le potentiel incroyable que représente la diaspora haïtienne se concrétise lentement, le dynamisme, les compétences et surtout l’enthousiasme contagieux de ces femmes high-tech est en passe de bouleverser les cartes rapidement.

Stéphanie Renauld Armand