Chantal Hudicourt Ewald

520
Photographie par Tatiana Mora-Liautaud

Inscrite au Barreau de Port-au-Prince depuis 1977, l’avocate Chantal Hudicourt Ewald
a créé son cabinet en 1985. Spécialiste du Droit des affaires, c’est aussi une femme qui s’est engagée dans de nombreuses associations et fondations.

Avocate de renom, Chantal Hudicourt Ewald est une grande professionnelle du milieu des affaires. Issue d’une famille nombreuse de Port-au-Prince, elle a commencé par étudier le Droit à l’Université d’Etat d’Haïti, puis a poursuivi aux États-Unis, à Miami, où elle fait une maîtrise en Droit comparé. Entrée comme stagiaire dans un cabinet de la capitale haïtienne en 1976 à 22 ans, elle n’a eu de cesse de spécialiser son approche du Droit. Séminaire sur les échanges internationaux, Droit de la propriété industrielle à Strasbourg (France), séminaire sur le CBI (Caribbean Basin Initiative) ou sur les lois liées au secteur textile, Chantal Hudicourt Ewald s’est nourrie de tout ce qui pouvait enrichir ses connaissances dans le domaine économique. Membre du Barreau de Port-au-Prince depuis 1977, elle a créé son cabinet en 1985, après avoir fait ses armes à la fois dans le privé et dans le public comme conseillère juridique ou encore comme professeur de Droit commercial international à l’Institut national de Gestion de l’Université d’Etat d’Haïti.

Aujourd’hui, le cabinet Hudicourt Woolley fait partie de ceux qui ont la reconnaissance de firmes internationales et de grandes entreprises locales. Spécialiste du Droit des affaires, elle est affiliée à la Fédération interaméricaine des avocats. Depuis la publication en 1979 de son ouvrage Statut légal de la femme haïtienne, cette avocate a poursuivi sa carrière vers le secteur économique en se formant et en publiant sur les législations liées aux privatisations, aux zones franches industrielles et au tourisme. On lui doit notamment l’ouvrage Lois sur les hôtels et le tourisme en Haïti pour l’Association hôtelière et touristique d’Haïti en 1981 ou encore une Proposition de législation sur les zones franches industrielles d’exportation pour Prominex Haïti, en février 1989.

Une citoyenne engagée
Conseillère juridique du ministère de l’Industrie et du Commerce à plusieurs reprises durant sa carrière, elle a siégé à l’Assemblée constituante de 1986. Elle a également été membre d’un groupe de réflexion qui a produit une Proposition sur la réforme du système juridique haïtien, (Nations Unies, Haïti) en mars 1992, puis d’une équipe qui a préparé un protocole pour un Programme d’amélioration du système juridique haïtien, (Nations Unies) en octobre 1994.

Femme compétente, avocate reconnue, Chantal Hudicourt Ewald est une citoyenne qui s’est beaucoup engagée. D’abord dans la société civile comme présidente de la Chambre franco-haïtienne de 1993 à 1995, puis comme membre de la Amcham mais aussi de la Ligue féminine d’action sociale. Mais le plus souvent, elle s’est impliquée dans des œuvres sociales. Elle a siégé de nombreuses années dans les conseils d’administration d’associations et de fondations, comme Petits Frères et Sœurs, Fonkoze ou la Fondation Habitat pour l’Humanité Haïti, dont elle a assumé la présidence de 2003 à 2006 et dont elle a rejoint le conseil international de 1999 à 2008. Ces dernières années, en chemin vers la retraite, elle avoue délaisser un peu ses engagements associatifs pour s’engager autrement. Depuis 2012, elle fait partir du groupe de travail sur le Droit foncier, qui réunit juristes et professionnels pour réfléchir sur la problématique du foncier en Haïti. Avoir une femme avocate comme Chantal Hudicourt Ewald dans un cabinet, un groupe de réflexion ou un conseil d’administration reste un grand privilège autant qu’un gage de sérieux et de réussite.

Stéphanie Renauld Armand