Candidats à la présidence

534

Des 27 candidats à la présidence en lice pour les élections du 9 octobre, très peu se jettent
réellement dans l’arène depuis l’ouverture de la campagne électorale, le 23 Août dernier. De ces prétendants en quête de légitimité populaire, seuls quatre sont en position
de force pour remporter les élections. Challenges dresse ici leur portrait.
Par Georges E. Allen

 

D.R.
D.R.

Jean-Charles Moïse 

Se réclamant du socialisme, l’ex-sénateur de la République a su garder une ligne cohérente durant le quinquennat de Michel Martelly dont il dénonçait « la politique de corruption à grande échelle ». Une position sur laquelle Jean-Charles Moïse a construit son image politique d’« homme de gauche ».

Agé de 49 ans, Jean-Charles Moïse est né à Milot, commune du Cap-Haitien (Nord), le 20 avril 1967. Fils de paysans, Jean-Charles Moïse poursuit ses études classiques dans sa ville natale, avant de rejoindre la capitale où il effectue une partie de son cursus universitaire à l’Université Adventiste d’Haïti. En 1991, il quitte le pays à destination de Cuba, pour y étudier la Communication Politique au Centro Estudo Para America Latina.

De retour en Haïti, Jean-Charles Moïse s’est lancé activement en politique. Doté d’une évidente stature politique, il a brigué trois mandats en tant que Maire de Milot. Proche du parti présidentiel « LESPWA » de René Préval, Jean-Charles Moise a été également conseiller politique du 55ème chef d’État de la nation haïtienne. Candidat aux élections sénatoriales de 2009, il a été élu sénateur pour le Département du Nord.

Socialiste rénovateur
De par ses prises de position anti-impérialistes et sa vision politique tournée vers les masses défavorisées, Jean-Charles Moïse se présente comme l’incarnation de l’Idéal du Père de la patrie, Jean-Jacques Dessalines. Son programme politique est axé sur : la reprise du contrôle total et effectif du territoire national, la cohésion sociale et l’émergence économique.


Tatiana Mora Liautaud / Challenges
Tatiana Mora Liautaud / Challenges

Jude Célestin 

Cet homme, qui préfère l’action constructive à la logomachie politique, est revenu dans la course, dit-il, pour reprendre ce que la communauté internationale lui avait ravi en 2010: le fauteuil présidentiel. Proche de l’ancien président René Préval, Jude célestin est vu par certains comme le candidat intermédiaire entre la bourgeoisie et la masse.

 

Devoir de réussir », c’est le credo de Jude Célestin, âgé aujourd’hui de 54 ans. Originaire de Port-au-Prince, il a fait ses études primaires au Petit Séminaire Collège Saint-Martial et ses études secondaires au centre d’Études Pradel Pompilus. Jude a poursuivi ses études universitaires en génie mécanique, d’abord à Fribourg puis à Lausanne en Suisse. De retour en Haïti en 1985, un an avant la chute de Baby Doc, il s’est vu confier le poste d’ingénieur responsable de la production à la Minoterie d’Haïti. Suite à cette expérience, l’Ingénieur monte sa propre entreprise de conseils en mécanique et en construction « JC Construction ». En 1998, Jude Célestin a été le concepteur et le directeur général du projet CNE (Centre National des Équipements).

Un nouveau contrat social
Jude Célestin qui participe aux élections de 2016 sous la bannière du parti LAPEH (Ligue Alternative Pour le Progrès et l’Émancipation Haïtienne) a inscrit sa politique dans une stratégie d’actions qui vise au développement économique et social d’Haïti.


Georges H. Rouzier / Challenges
Georges H. Rouzier / Challenges

Jovenel Moïse 

Même s’il incarne la continuité du régime de Michel Martelly, Jovenel Moïse dit vouloir poursuivre ce qui est bien et corriger ce qui est mal, s’il est élu président. Le candidat du PHTK, arrivé en tête des dernières élections controversées, fait de l’Agriculture son véritable cheval de bataille.

 

Né le 26 juin 1968 à Trou-du-Nord, Jovenel Moïse poursuit ses études primaires dans sa ville natale, puis ses études secondaires au Centre Culturel du Collège Canado Haïtien. Cet entrepreneur à succès est le promoteur du projet Agritrans, une plantation de bananes étendue sur mille hectares. Jovenel Moise est le fils d’une couturière, Lucia Bruno et d’Étienne Moïse.

Terre, homme, eau, soleil
Totalement inconnu sur la scène politique, Jovenel Moise a été choisi par l’ex-président Martelly, à la surprise générale. Pourtant, en un temps record, l’homme allait sortir totalement de l’ombre pour peser de tout son poids sur la scène politique. L’agriculture est le domaine de prédilection sur lequel Jovenel Moise mise pour développer Haïti.

Remettre Haïti sur la carte mondiale des pays exportateurs, c’est l’objectif du prétendant à la magistrature suprême de l’État qui concourt sous la bannière du PHTK (Parti Haïtien Tet Kale). Jovenel Moise opte pour la création d’emplois dans le secteur agricole en passant par l’implantation de dix zones de production agricoles destinées à l’exportation, zones qui seront choisies en fonction de la quantité de terres arables disponibles, de leur proximité avec la rivière et la mer et de leurs infrastructures routières.


Georghes H. Rouzier
Georghes H. Rouzier

Maryse Narcisse  

C’est la femme derrière laquelle se cache un grand homme politique: Jean-Bertrand Aristide. Depuis quelques temps, elle est le deuxième personnage du mouvement de gauche Lavalas. Incapable d’imposer son charisme, Maryse Narcisse compte sur l’aura populaire de son mentor pour remporter le scrutin.

 

Née en 1958 à Pétion-ville, Maryse Narcisse a fait ses études  primaires chez les Sœurs de St Étienne. Elle décroche ensuite son baccalauréat chez les Sœurs de Sainte Rose de Lima. A 17 ans, elle intègre la faculté de médecine et également la faculté de Droit et des Sciences Économiques (UEH). Incapable de combiner simultanément les deux, elle abandonne le Droit pour se concentrer pleinement à la médecine. Détentrice d’une maîtrise en santé publique De Tulane University aux États-Unis, Maryse Narcisse a été coordonnatrice nationale du programme élargi de vaccination, titulaire de la direction de l’Éducation et de Développement des Ressources Humaines et directrice générale du Ministère de la Santé publique et de la Population. Elle a par la suite été appelée comme ministre conseiller à la mission permanente D’Haïti auprès des Nations Unies.

L’espoir des masses
Jamais Maryse Narcisse ne manque de mettre l’accent sur les masses défavorisées dans ses déclarations. Son ‘’père politique’’ ayant été victime d’un coup d’État orchestré par les forces armées, Maryse Narcisse  est contre la mobilisation de l’armée d’Haïti et annonce de préférence un renforcement de la Police National D’Haïti (PNH).