Canada : Cicilia laurent s’est éteinte à l’âge de 120 ans

173


Rescapée du séisme de janvier 2010, Cicilia Laurent était installée au Canada depuis six ans. Pour tous les Haïtiens du Canada et d’ailleurs, elle était considérée comme la doyenne de l’humanité même si le Guinness World Records ne l’avait jamais reconnue comme telle.

Après avoir vécu 120 ans et 112 jours, Cicilia Laurent, née le 31 janvier 1896 à Pestel (Sud-Ouest) en Haïti a rendu l’âme durant son sommeil le 23 mai à Laval au Canada. Elle y vivait depuis les six dernières années.

Elle est arrivée au Québec après avoir survécu au séisme en Haïti, où elle fût littéralement ensevelie sous les décombres de sa maison puis, retrouvée trois jours plus tard.

Cicilia, lors de son 120e anniversaire, avait émis le souhait de rencontrer le Premier ministre Justin Trudeau. Cependant, l’agenda chargé de ce dernier aura empêché la rencontre de la super centenaire. Celle-ci, qui avait travaillé comme marchande en Haïti, aura eu 12 enfants, dont six sont morts à la naissance. Aujourd’hui, seul trois de ses enfants sont toujours en vie. Elle comptera aussi plusieurs petits-enfants et arrière-petits-enfants.

La famille de Madame Laurent voulait prouver qu’elle était la doyenne de l’humanité auprès du Guinness World Records, à l’aide d’un acte de naissance obtenu par le gouvernement haïtien, délivré en 2005. Mais l’entreprise londonienne n’a pas voulu reconnaître l’authenticité du document. À 120 ans Cicilia Laurent aurait été la deuxième personne à avoir vécu le plus longtemps derrière la Française Jeanne Louise Calment morte à l’âge de 122 ans en 1997 selon le Guinness World Records.

Ses funérailles seront célébrées le 11 juin à l’église le Portail à Laval.

Will Prosper


Montréal : Patrice Bernier se lance dans la mode

Le capitaine d’origine haïtienne de l’équipe de soccer l’Impact de Montréal (IMFC), qui compte plus de 14 000 minutes de jeu avec le club montréalais, se lance dans la mode. « Je suis fier d’annoncer le lancement de ma première ligne de vêtements sport avec Winners : #PB8xWinners », a déclaré le #8 de l’Impact le 31 mai. Patrice Bernier se dit heureux d’avoir « pu donner mon opinion en tant qu’athlète dès le stade des croquis, sur la forme, le style, les couleurs, etc. J’ai dit ce que j’aimais et ce que je n’aimais pas. » La collection qui a comme slogan S’entraîner pour gagner est importante aux yeux du capitaine de l’IMFC car elle sert avant tout à amasser de l’argent pour le fonds des athlètes canadiens. Cet organisme supporte les athlètes canadiens olympiques et paralympiques d’été et d’hiver à la hauteur de 1 000 $ à 27 000 $ afin de payer pour des équipements, des voyages, des physiothérapeutes, etc.