Attentats de Paris : Haïti solidaire de la France

105

Après les attentats de Paris du 13 novembre, occasionnant 130 morts et plus de 350 blessés, la présidence haïtienne a immédiatement informé Paris de sa solidarité. Trois jours plus tard, l’ambassade de France en Haïti réunissait tous les amis de la France pour rappeler leur détermination à marcher unis contre le terrorisme.
Par John Obed Exilhomme et JC.L

Ala résidence de France de Port-auPrince, lundi 16 novembre, l’Ambassadeur de France, Elisabeth Beton Delègue, face à une multitude de personnalités d’horizons divers venues lui présenter leurs sympathies après les lâches attentats parisiens du vendredi 13 novembre, se veut claire : « Le peuple de France est sous le choc mais debout (…). Liberté, égalité, fraternité : plus que jamais, nous devons défendre la portée universelle de ce message par l’action collective, dans et hors de nos frontières. Plus que jamais, nous avons besoin de nous rassembler face à ceux qui cherchent à nous dresser les uns contre les autres, en suscitant la peur et la haine. »
Le président Michel Martelly, présent en la circonstance, se montre ému devant les journalistes et explique sa perception de l’événement: « Ce qui s’est passé en France porte préjudice au peuple français mais également à l’humanité qui doit resserrer les rangs pour défendre le droit à la liberté, à la tolérance et à la vie. Haïti est avant tout solidaire avec nos frères et sœurs de la France. » A ses côtés, Lener Renauld, ministre des Affaires étrangères, rappelle qu’Haïti reste debout derrière la France en ces pénibles circonstances en précisant qu’il s’était assuré qu’« aucun membre de la représentation haïtienne en France n’avait été victime des attentats tout comme pour les deux délé- gations haïtiennes – du ministère de la Culture et du ministère de l’Environnement – qui étaient alors à Paris. »


La déclaration d’amour à Paris de Dany Laferrière

L’écrivain haïtien Dany Laferrière, tombé amoureux de la capitale française il y a plus de trente ans et qui a intégré l’Académie française en mai dernier, ne pouvait pas rester insensible au drame qu’ont connu les Parisiens et les Français en général. Son éditeur montréalais Mémoire d’encrier a publié sur son site Internet* vendredi 16 novembre un poème de l’académicien, intitulé Paris 1983, que nous reproduisons ci-dessous.

Je marche
de jour comme de nuit
dans Paris
depuis si longtemps déjà
que je me demande
qui habite l’autre
toujours ému de savoir
qu’un poète nommé Villon
l’a fait avant moi
qu’un libérateur comme Bolivar
y a séjourné en dandy
que mon jeune voisin Jean de la
rue Masson
a fêté son vingtième
anniversaire jusqu’à l’aube
dans un bistro situé en face
d’une petite place faiblement
éclairée. J’aime savoir qu’il existe une
ville
où les femmes aiment marcher
de nuit
sans s’inquiéter des ombres et
aussi parce qu’on y
trouve une station de métro
avant la fatigue.
J’aime flâner dans une ville où

les quartiers contrastés

fleurissent au bout de nos rêves.
J’aime m’arrêter à la terrasse
des cafés pour
observer le ballet des serveurs.
J’aime écouter dans le métro les
conversations
des jeunes filles qui racontent
la soirée d’avant.
J’aime voir les jambes nues tout
le long de l’été.
Cet art de vivre qu’aucune autre
ville ne connaît
mieux que Paris.
Et que personne n’a mieux
chanté que Villon et Aragon
ou cette jeune fille croisée
boulevard Richard-Lenoir
qui s’est exclamée: « Je me suis
cassé le talon mais je m’en
fous si c’est à Paris. »
Me voilà dans cette baignoire à
lire, cette fois,
Paris est une fête d’Hemingway
tout en me disant qu’elle le sera
toujours quoi qu’il arrive.
                                         Dany Laferrière

* http://memoiredencrier.com/paris-dany-laferriere-1983/


Des condamnations unanimes de la classe politique
Le candidat au 2e tour de la présidentielle Jovenel Moïse, également présent lors de la cérémonie à l’ambassade de France, condamne lui aussi ces « crimes odieux qui méritent une punition exemplaire ». Jude Célestin, également candidat du second tour de la présidentielle et qui a étudié en Europe, a publié un communiqué dans lequel lui et son parti Lapeh « présentent leurs condoléances au président français, François Hollande, au Gouvernement et au peuple français, particulièrement aux familles victimes de ces atrocités terroristes. Ils en profitent pour leur assurer du soutien moral du parti du peuple haïtien. » Jude Célestin, avec les autres membres du « G8 » tel qu’est nommé le groupe des huit candidats de l’opposition, avait également signé un communiqué condamnant « ces attentats survenus à Paris où des terroristes, ont fait couler le sang de victimes innocentes. Aux familles de ces victimes innocentes, à la Présidence, au Gouvernement et au peuple français, nous prions nos amis de l’ambassade de France de bien vouloir transmettre nos sincères condoléances ainsi que l’assurance de notre solidarité en cette tragique circonstance. »

Le terrorisme est lâche
Jean-Marie Theodat, professeur à Panthéon Sorbonne qui œuvre aujourd’hui à la mise à niveau de l’enseignement supérieur en Haïti, parle de barbarie : « Il n’y a pas d’autre nom à cela que de la barbarie. L’année 2015 a été ponctuée d’attaques terroristes barbares sur le territoire français. Certaines ont été déjouées mais plusieurs d’entre elles ont fait des victimes et près de 150 personnes ont trouvé la mort. Nous devons tous nous unir pour stopper la barbarie ! » Daniel Joseph, ex-conseiller à la Primature d’Haïti et spé- cialiste en relations internationales, est du même avis: « Le terrorisme est lâche parce qu’il frappe au hasard et tue surtout des innocents. L’Etat islamique est une nouvelle version du terrorisme qui commande des actions immédiates de la part des Etats démocratiques. La France a désormais obligation de réagir. »
Mais pourquoi les terroristes visent-ils la France ? Le professeur Julien Arisma, de l’Université d’Etat d’Haïti, explique que la France est de plus en plus engagée dans une opération externe qui l’a fait entrer en guerre : « Elle a 7000 soldats engagés dans des actions militaires à l’extérieur; 3000 dans les bases à l’étranger et 3000 autres en mer. Depuis septembre 2014, la France est devenue l’un des premiers alliés des USA contre l’Etat islamique, après avoir lancé l’opération Chammal. Des centaines de militaires français sont depuis impliqué dans des frappes de la Coalition internationale contre les terroristes, au nom du respect des droits humains dans la région. Le 18 novembre, le porte-avions Charles de Gaulle parti de Toulon est entré dans le Golfe persique en compagnie des navires ravitailleurs belges, britanniques et de sous-marins d’attaque, tandis que se poursuivent des interventions au Mali, au Niger, au Tchad, en Mauritanie ou au Burkina, contre les groupes terroristes armés. » La France est aujourd’hui l’un des Etats les plus équipés en matière de renseignement, précise Daniel Joseph. La France supplante la Grande-Bretagne dont l’armée subit des coupes budgétaires depuis ses pertes en Irak et en Afghanistan. Elle est maintenant plus que jamais déterminée, depuis les attentats du 13 novembre, à marcher contre l’EI (Etat islamique). « Le support moral d’Haïti et son appui diplomatique ne peuvent être que bienvenues », soutiennent des représentants de la mission française accréditée en Haïti, à la fin de la cérémonie. Et le président Martelly d’acquiescer: « C’est pour cela que nous avons besoin de faire revenir en force l’armée haïtienne afin d’apporter, nous aussi, notre secours à nos alliés. »

La Caraïbe aussi est concernée

Cinq Syriens arrêtés au Honduras alors qu’ils tentaient d’aller aux Etats-Unis avec de faux papiers ont été placés en détention provisoire dans l’attente de leur jugement, a annoncé samedi 21 novembre un porte-parole de la justice. Le ministère public a accusé les cinq hommes de « falsification de documents publics et usurpation de l’état civil ». Ils ont été emprisonnés au pénitencier national de Tamara, à 25 km au nord de la capitale Tegucigalpa, a déclaré à l’AFP la porte-parole du tribunal, Bárbara Castillo. Les cinq hommes étaient en possession de passeports volés en Grèce au moment de leur arrestation à l’aéroport de Tegucigalpa. Les autorités du Honduras avaient annoncé mercredi l’arrestation de ces cinq Syriens, détenus la veille à l’aéroport de Tegucigalpa, alors qu’ils « venaient de Syrie directement au Honduras, à travers plusieurs vols », puis comptaient ensuite rejoindre les EtatsUnis, selon la police. Cette décision judiciaire survient une semaine après les attentats de Paris qui ont été revendiqués par l’organisation Etat islamique (EI), qui opère notamment en Syrie. (avec AFP)