ANGELA DAVIS, intellectuelle et activiste africano-américaine, était l’invitée d’honneur de la 41e conférence annuelle de l’Association des études caribéennes (Caribbean Studies Association, CSA), qui s’est tenue pour la première fois en Haïti, du 5 au 11 juin. Accueillie par la « standing ovation » d’un public enthousiaste, elle a souligné l’importance de l’histoire d’Haïti avant d’évoquer le mouvement qui s’est constitué à travers le monde autour de ses actions et de ses idées.

Née en 1942, en Alabama, Angela Davis a étudié à la Sorbonne et s’est engagée dans le Parti communiste américain ce qui lui a valu conflits et procès avec l’Université de Californie où elle enseignait. Educatrice et écrivain, elle est notamment connue pour son livre Women, Race & Class et pour sa militance sur l’égalité des genres ou la réforme des prisons. Son séjour, ses rencontres et la culture d’Haïti l’ont conquise. Plus de 700 participants en provenance des Etats-Unis, d’Australie, d’Amérique latine ou des Caraïbes ont assisté aux nombreux ateliers et conférences présentés quotidiennement. En marge du sommet, Haïti a également accueilli du 5 au 9 juin la 46e conférence annuelle de l’Association des universités caribéennes de recherches et des institutions spécialisées dans la promotion des bibliothèques (ACURIL).

Stéphanie Renauld Armand